23.9 C
Alger
vendredi 7 octobre 2022

Commémoration de l’attaque de la Grande poste d’Oran: Une halte importante dans le parcours de lutte contre le colonialisme

La commémoration du 73e anniversaire de l’attaque de la Grande poste d’Oran, coïncidant avec le 5 avril de chaque année, constitue une halte historique importante dans le parcours de lutte contre le colonialisme français pour l’indépendance du pays.
C’est devenu une tradition pour la direction de wilaya des moudjahidine d’Oran de commémorer cette opération spectaculaire qui a eu lieu 5 années avant le déclenchement de la glorieuse guerre de Libération nationale, avec le concours de l’Université Oran 1 «Ahmed-Benbella», nom de l’un des artisans de cette attaque.
La commémoration prévoit des rencontres scientifiques et des études pour approfondir la recherche sur cet important événement historique gravé à jamais dans la mémoire collective nationale. L’attaque de la Grande poste d’Oran a été menée un lundi 5 avril 1949 par un commando de l’Organisation spéciale (OS) pour mettre la main sur des fonds en vue de financer l’action armée contre le colonialisme français. Mohamed Bendjebbour, enseignant d’histoire à l’université Oran 1, a évoqué, dans un entretien à l’APS à l’occasion de la commémoration de cet anniversaire, que l’Organisation spéciale, fondée le 15 février 1947 par trois militants du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), avait besoin d’argent pour concrétiser ses objectifs.
Bakhti Nemmiche avait suggéré à Ahmed Benbella d’attaquer le train transportant des fonds entre Oran et Béchar, de même qu’une autre proposition, celle d’attaquer la Grande poste d’Oran. L’accord des membres de l’OS s’est porté sur la deuxième proposition en raison de la difficulté de la première.
«L’attaque de la poste d’Oran a été décidée le premier lundi du mois de mars 1949. Néanmoins, les conditions n’étaient pas réunies pour mener à bien cette opération, laquelle a été reportée au 5 avril», a indiqué ce chercheur en histoire d’Algérie.
L’attaque a été menée avec succès grâce aux informations minutieuses qu’avaient fournies Bakhti Nemmiche, à l’époque travailleur à la poste, ainsi que la bonne planification de cette opération, à laquelle avaient participé, sous la conduite de Ahmed Benbella, Souidani Boudjemaa, Hocine Aït Ahmed, Hamou Boutlélis, Belhadj Bouchaïb, Hadj Benalla, Benaoum Benzerga et Mohamed Khaiter qui était chargé de transporter les fonds vers la ville d’Alger en raison de son statut de député, a rappelé M. Bendjebbour, actuellement directeur du laboratoire de recherche «Source et traductions» à l’université Oran1. Lors de cette opération, une somme de 3,178 millions de francs français qui se trouvaient dans le coffre fort de la Grande poste, avait été subtilisée pour servir à l’achat d’armes en Libye. Après l’attaque de la poste d’Oran, l’administration française a diffusé un avis de recherche et d’arrestation contre les auteurs de cette opération, a expliqué Bendjebbour, faisant savoir que la presse française avait rapporté que le militant Benzerga avait été arrêté et traduit en justice. Il avait écopé d’une peine de 10 ans de prison.

G. H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img