16.9 C
Alger
mercredi 22 mai 2024

CNOA : Lancement de l’inventaire du patrimoine architectural algérien

L’Ordre des architectes algériens organise aujourd’hui des rencontres régionales pour procéder à l’inventaire des caractéristiques architecturales de chaque région du pays, dans le cadre de la contribution à la protection du patrimoine architectural algérien, a indiqué, mardi, le président du Conseil national de l’Ordre des architectes (CNOA), Hassan Melkia.

Par Ilham B.
Invité du Forum du quotidien «El-Fedjr», M. Melkia a précisé que ces rencontres permettront de fournir une matière scientifique qui contribuera à l’élaboration du guide des procédures particulières du décret exécutif 23-401 du 9 novembre 2023, fixant les modalités d’élaboration des cahiers de prescriptions particulières architecturales.
Ces rencontres seront organisées dans les wilayas de Constantine, Batna, Tizi Ouzou, Ouargla, Tlemcen et Adrar, en présence de représentants d’instances exécutives, ainsi que de maîtres-assistants et de chercheurs, pour présenter les caractéristiques architecturales de chaque région, avant de clôturer par une rencontre à Batna le 18 mai prochain.
Les conclusions de cette rencontre seront soumises au ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, qui organisera des rencontres régionales sur l’identité architecturale, ainsi que sur l’aménagement urbain.
«Nous procéderons à l’inventaire des éléments du patrimoine architectural selon la spécificité de chaque région, et cette opération restera ouverte, afin que nous puissions recueillir le maximum d’informations sur le patrimoine architectural algérien», a-t-il dit.
En vue d’impulser cette opération, le président du CNOA a souligné la nécessité d’installer les Comités d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement bâti de wilaya (CAUEB), constitués de représentants des collectivités locales chargés, entre autres, de la préservation du patrimoine architectural et de la promotion des caractéristiques architecturales locales.
Cet organisme s’attelle, avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, sur un projet portant sur l’architecture sahraouie, ajoute M. Melkia, affirmant que l’Algérie a une grande richesse architecturale.
Afin de préserver le patrimoine architectural, l’intervenant a mis en avant l’importance de la présence de l’Algérie dans les organismes régionaux et internationaux des architectes, soulignant que le CNOA est membre de plusieurs organisations «grâce à la diplomatie algérienne ayant facilité notre mission à l’échelle internationale».
Dans ce cadre, M. Melkia a rappelé l’adhésion de l’Algérie à l’Union internationale des architectes (UIA) en 2023, laquelle compte actuellement 13 membres dans ses différentes commissions, lesquelles, a-t-il dit, «sont impressionnées par le nombre de logements construits annuellement en Algérie».
De surcroît, l’Algérie a adhéré récemment à l’Union méditerranéenne des architectes (UMAR), tandis que le CNOA prévoit l’obtention de la qualité de membre de l’Union africaine des architectes (AUA), avant fin 2024.
M. Melkia a, par ailleurs, souligné l’importance de sensibiliser les citoyens à la nécessité de traiter avec les architectes, afin que le produit architectural puisse répondre aux normes internationales, relevant que le dernier congrès avait adopté l’acte de création architecturale qui a été soumis au ministère de l’Habitat.
Concernant l’annonce par le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Mohamed Tarek Belaribi, de la réalisation dans les grandes villes de tours de 20 étages avec 6 appartements dans chaque étage, et ce, au titre du programme «AADL 3», M. Melkia a estimé que c’est réalisable.
Le même responsable a, dans ce contexte, fait état du grand travail réalisé pour l’élaboration des cahiers des charges relatifs au programme «AADL 3», et ce, en vue d’éviter les erreurs et rattraper les lacunes relevées dans les deux programmes «AADL 1» et «AADL 2», ajoutant qu’à l’avenir, l’on parviendra à la réalisation de logements qui répondent aux aspirations des citoyens.
Quant au permis de construire électronique, l’intervenant a affirmé que l’instance attend sa généralisation, et ce, «après son lancement dans quatre communes pilotes», ajoutant qu’elle permettra de réduire la durée d’octroi du permis à 20 jours au maximum.
I. B.

Article récent

le jour

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img