32.9 C
Alger
vendredi 12 août 2022

Clandestin

Il y a une année, un clandestin d’origine rwandaise avait incendié la cathédrale de Nantes, suscitant l’émoi des catholiques français, encore traumatisés par l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Après avoir passé une année en prison, le responsable avait été relâché sous contrôle judiciaire et accueilli par le prêtre de la petite commune de Saint-Laurent-sur-Sèvre en Vendée. Un mois après sa sortie de prison, le clandestin rwandais s’est présenté lundi à la gendarmerie de Mortagne-sur-Sèvre pour avouer le meurtre du prête qui l’avait recueilli. Un meurtre qui a choqué la communauté nationale et donné à Marine Le Pen une parfaite occasion pour critiquer une fois encore l’action du gouvernement. La présidente du Rassemblement National a ainsi rapidement réagi sur Twitter. Dans son tweet, Marine Le Pen a engagé la responsabilité de l’État et également pris pour cible le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. «En France, on peut donc être clandestin, incendier la cathédrale de Nantes, ne jamais être expulsé, et récidiver en assassinant un prêtre», a-t-elle écrit. Elle a ensuite ajouté ceci : «Ce qui se passe dans notre pays est d’une gravité sans précédent : c’est la faillite complète de l’État et de Gérald Darmanin». Le ministre de l’Intérieur lui a directement répondu : «Quelle indignité ! Plutôt que de dire sa compassion aux catholiques qui ont accueilli ce meurtrier, madame Le Pen polémique sans connaître les faits». Il a également précisé pour quelle raison le suspect n’était pas expulsable. L’homme âgé de 40 ans, qui avait reconnu avoir provoqué l’incendie de la cathédrale de Nantes lors de son arrestation le 18 juillet 2020, faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Mais après avoir été mis en examen et incarcéré à la suite de l’incendie, il avait finalement été remis en liberté sous contrôle judiciaire. C’est justement cet élément qui l’empêchait d’être expulsé. La justice française souhaitant le juger, l’OQTF ne pouvait s’appliquer tant que le contrôle judiciaire n’était pas levé. Mais les tentatives de justifications de Darmanin ne sont pas faites pour calmer Marine Le Pen et tout ceux qui en France partagent ses idées, du moins sur cette thématique-là. Car si la politique française en matière d’immigration est depuis plusieurs décennies assez souple, la population, elle, est très réservée sur le sujet et tendrait, d’après de multiples sondages, à partager la politique du RN sur ce sujet. Néanmoins, ce fait divers ne risque pas d’avoir un impact suffisant sur le gouvernement pour créer un sursaut, ce qui explique peut-être la seconde place de Marine Le Pen lors de la dernière élection présidentielle et tous les sondages qui depuis la donnent une fois encore au second tour du scrutin présidentiel de 2022.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img