24.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Chine: Tassement surprise de la consommation et de la production industrielle

Les ventes de détail et la production industrielle en Chine ont connu en juillet un ralentissement inattendu, en raison d’un rebond de Covid-19 et d’une crise dans l’immobilier qui ont lourdement pénalisé l’activité, selon des chiffres officiels publiés hier.

Par Farid L.

Principal indicateur des dépenses des ménages, les ventes de détail ont enregistré le mois dernier une hausse de 2,7 % sur un an, contre 3,1 % en juin, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS). Des analystes anticipaient au contraire une accélération (5 %), à la faveur d’une reprise de l’activité dans le pays, lourdement pénalisée au printemps par le confinement de Shanghai, la capitale économique chinoise. De son côté, la production industrielle s’est affichée le mois dernier en hausse de 3,8 % sur un an, mais ce rythme est inférieur à celui de juin (3,9 %). Les analystes tablaient sur un rebond (4,6 %). La Chine est l’un des derniers pays à appliquer une stratégie dite «zéro Covid» face à l’épidémie. Cette politique sanitaire consiste en des dépistages massifs, des quarantaines obligatoires en cas de test PCR positif et des confinements ciblés.
Le pays est malgré tout confronté ces dernières semaines à un rebond épidémique, limité en termes de cas mais qui touche de nombreuses provinces. Des dizaines de milliers de touristes sont notamment confinés sur l’île tropicale de Sanya (sud), une destination très prisée en Chine à cette période de l’année. Des cas positifs au Covid-19 ont également été enregistrés au Tibet (ouest) et au Xinjiang (nord-ouest), deux régions très dépendantes du tourisme pour l’économie locale.
Ces rebonds épidémiques viennent s’ajouter aux difficultés qui pesaient déjà sur l’économie chinoise : consommation atone, tour de vis de Pékin contre plusieurs secteurs dynamiques dont celui de la tech, incertitudes liées à l’Ukraine mais aussi crise de l’immobilier.
De son côté, l’investissement en capital fixe a encore ralenti en juillet (à 5,7 %). Il s’agit du cinquième mois consécutif de baisse et un autre signe que les perspectives économiques restent moroses. Quant au taux de chômage, il a légèrement reculé en juillet (5,4 %), après 5,5 % un mois plus tôt.
Particulièrement surveillé par le pouvoir et calculé pour les seuls urbains, le taux de chômage avait atteint un record absolu de 6,2 % en février 2020, au plus fort de l’épidémie, avant de refluer.
F. L.

 

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img