19.9 C
Alger
dimanche 2 octobre 2022

Charfi : «Enjeu de la démocratie et impératif d’opérer le changement» C’est parti pour la campagne référendaire

Le coup d’envoi de la campagne pour le référendum sur la révision de la Constitution, prévu le 1er novembre, a été donné, hier, par l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie).
Partis politiques, associations et personnalités nationales remplissant les conditions fixées par l’Anie investiront le terrain pour exposer leurs positions. Durant ces vingt-deux jours de campagne, des actions d’information et de sensibilisation sur l’importance du vote du 1er novembre prochain seront menées par les différents acteurs concernés.
Défendant la révision de la Constitution, le président de l’Anie, Mohamed Charfi, qui donnait hier le top départ de la campagne électorale à Alger, en vue du référendum constitutionnel du 1er novembre prochain, considère qu’il s’agit d’une «nécessité absolue pour bâtir une Algérie du changement, de plus cette révision est une revendication populaire».
Invité de l’émission «Daïf Essabah» de la Chaîne 2 de la Radio nationale, Mohamed Charfi ne voit pas d’inconvénients que «d’anciennes figures» veuillent s’impliquer dans la campagne de sensibilisation, «si elles sont convaincues de la nécessité du changement politique et non par opportunisme politique». «Un grand nombre de partis avait imposé cette mesure, sans intention aucune d’exclure quiconque», a-t-il indiqué, mettant l’accent sur la possibilité pour les présidents de partis n’ayant pas la représentativité exigée d’y participer en tant que personnalité politique.
Il a également estimé que l’édification de l’Algérie nouvelle ne saurait être réalisée qu’à travers l’implication de toutes les franges de la société dont l’opposition, sans franchir les limites autorisées, à savoir les constantes nationales qui représentent les fondements de la cohésion nationale mais aussi sans attenter aux mœurs et à l’ordre public, appelant tout un chacun à l’adoption d’une politique «transparente et régulière».
Des meetings dans le respect du protocole sanitaire, des campagnes de proximité, distribution de documents et passage réglementé dans les médias publics…, tous les moyens sont mis à la disposition des participants. La campagne référendaire peut-être menée, aussi, par voie d’affichage, de distribution de dépliants, de correspondances et de tous les moyens écrits ou électroniques. A l’étranger, l’affichage se fait aux sièges des représentations diplomatiques et consulaires.
L’opération de sensibilisation et la campagne référendaire, qu’il s’agisse de médias audiovisuels ou par affichage, les moyens écrits ou électroniques, sont soumises à une habilitation préalable de l’Anie étant chargée exclusivement de la préparation, l’organisation, la gestion et la supervision des élections et des référendums.
Pour ce qui est du rôle de la société civile dans la réussite du processus du changement, M. Charfi a affirmé que la société civile «est le principal catalyseur du changement», à travers son interaction avec les affaires publiques et sa participation au changement et au redressement. Il faut ainsi lui fournir tous les moyens nécessaires pour qu’elle organise ses rangs et ne soit pas victime du financement étranger tendancieux, ajoutant que cette campagne représente une opportunité pour la société civile afin de contribuer à l’organisation et à la sensibilisation.
Après avoir souligné que «toutes les mesures ont été prises pour permettre à la communauté algérienne de participer au référendum de révision constitutionnelle», le président de l’Anie a fait état de la tenue prochaine d’une réunion des administrations consulaires pour annoncer les procédures prévues sur le terrain en cette matière.
Il a révélé également l’existence de délégués de l’Autorité à l’étranger et l’envoi de tous les documents relatifs au référendum.


Louisa Ait Ramdane

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img