16.9 C
Alger
mardi 6 décembre 2022

Charaf-Eddine Amara : «Belmadi a juste parlé de l’arbitrage médiocre»

Dans une conférence de presse, le président démissionnaire de la Fédération algérienne de football, Charaf-Eddine Amara, a tenu à défendre le sélectionneur algérien Djamel Belmadi suite au courrier adressé par la Fécafoot. Le tollé ne s’amoindrit pas. Dans une interview accordée à la FAF, Djamel Belmadi s’en est ainsi très vivement pris à Bakary Gassama, arbitre gambien du match Algérie – Cameroun (1-2), expliquant notamment que «je ne dis pas qu’il faut le tuer, mais il ne faut pas le laisser tranquille, c’est pire qu’un hagar !» tout en expliquant que l’Algérie ne se laisserait plus «avoir par un arbitre». À la suite de ces propos, la Fédération camerounaise de football a ainsi publié un communiqué dans lequel elle menace le sélectionneur et l’équipe nationale de poursuites pour ce qu’elle qualifie de «menaces inacceptables» à l’égard du corps arbitral. En conférence de presse hier, Charaf-Eddine Amara a répondu à cette actualité brûlante : «Les déclarations de Djamel Belmadi ont été mal comprises. Le coach n’a jamais abordé le sujet du Cameroun, il parlait juste de l’arbitrage qui était médiocre durant notre rencontre». Et d’enchaîner : «Eto’o est un ami à moi, on ne doute pas de l’honnêteté du Cameroun durant le match. Nous avons seulement parlé de l’arbitrage et je dis à Eto’o qu’il ne faut pas oublier la solidarité de notre part pour que le Cameroun puisse organiser sa dernière CAN», faisant notamment référence au possible report de la CAN que souhaitaient l’Égypte, le Maroc et le Burkina Faso. Le président de la FAF a, enfin, évoqué à nouveau le dossier de recours que l’Algérie a soumis à la FIFA concernant l’arbitre Gassama et un éventuel match à rejouer : «Pour l’instant, on attend une réponse de la FIFA. Nous avons formulé notre dossier et nous verrons bien ce que cela va donner».

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img