26.9 C
Alger
lundi 8 août 2022

Changements

La politique fantasmée d’un candidat en campagne pour une élection présidentielle et celle d’un chef d’État en exercice sont deux choses bien distinctes. Cela est démontré chaque jour depuis presque une année maintenant par Joe Biden, qui après avoir honni les décisions politiques prises par Donald Trump durant son mandat se voit aujourd’hui contraint de prendre les mêmes. Cela est notamment, mais pas seulement, le cas dans le domaine migratoire où plusieurs des mesures décriées par Biden et son équipe il y a quelques années sont aujourd’hui réactivées. En effet, Mexico et Washington vont réactiver partiellement des mesures mises en place sous l’administration de l’ex-président américain Donald Trump en vertu desquelles les migrants doivent attendre au Mexique la réponse à leur demande d’asile aux États-Unis, ont annoncé jeudi les deux pays. Sous la présidence du républicain Donald Trump (2017-2021), des dizaines de milliers de migrants, principalement originaires d’Amérique centrale, avaient été renvoyés à la frontière mexicaine pour attendre l’issue de leur demande d’asile déposée aux États-Unis. A son arrivée au pouvoir, le président démocrate Joe Biden avait promis pourtant de grands changements en évoquant une politique migratoire plus humaine et avait lancé le démantèlement de ce programme, connu sous le nom de Protocole de protection des migrants (MPP). Mais en août dernier, la Cour suprême a infligé un revers à l’administration démocrate et jugé que le programme devait être maintenu. Les mesures seront remises en place à partir de cette semaine, a ainsi annoncé le département de la Sécurité intérieure (DHS). «Le DHS sera prêt à remettre en œuvre le MPP dès que le gouvernement mexicain aura pris la décision finale et indépendante d’accepter le retour des personnes inscrites au programme, sous réserve de certaines améliorations humanitaires», a-t-il fait savoir. «Le Mexique a décidé, pour des raisons humanitaires et à titre temporaire, de ne pas renvoyer dans leur pays certains migrants qui ont un rendez-vous pour une audience devant un juge américain de l’immigration pour demander l’asile», a indiqué le ministre des Affaires étrangères dans un communiqué. Malgré sa relance, la Maison-Blanche tente de sauver la face en réaffirmant ses critiques sur ce programme. «Le président continue de croire que le PPM présente des défauts endémiques, qu’il impose des coûts humains injustifiables et qu’il détourne des ressources et du personnel d’autres efforts prioritaires», a déclaré Jen Psaki, porte-parole de la Maison-Blanche. La réalité a ainsi rattrapé les dirigeants démocrates qui, face à la situation migratoire, doivent appliquer les mêmes mesures que celles qu’ils avaient promis de suspendre pour toujours en occultant les faits. Mais les faits sont têtus et sont revenus les frapper comme un boomerang. Au final, Biden et son administration semblent aujourd’hui mener un mandat dans la continuité de celui de Donald Trump, que ce soit sur le plan de la politique étrangère ou encore intérieure, offrant de parfaites munitions à ce dernier pour sa possible campagne présidentielle en 2024.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img