19.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

Championnats du monde d’athlétisme à Eugene: L’inoxydable Shelly-Ann Fraser-Pryce remporte un 5e titre sur 100m

La sprinteuse jamaïcaine de 35 ans a non seulement gagné à Eugene son cinquième titre de championne du monde du 100m, mais personne n’avait jamais couru aussi vite en finale de championnat du monde (10 »67)

Par Racim S.

Shelly-Ann Fraser-Pryce défie les lois du temps. Et il faut croire que ce n’est pas terminé. La sprinteuse jamaïcaine, 35 ans, a remporté, dimanche à Eugene, son cinquième titre de championne du monde du 100m, en 10 »67. Un chrono exceptionnel, si on le compare au controversé record du monde de 10 »49 de l’Américaine Florence Griffith-Joyner datant de 1988. Jamais personne n’avait couru aussi vite en finale mondiale. Mais Fraser-Pryce n’est pas encore rassasiée. « Je crois dur comme fer que je suis capable de courir plus vite, et comme j’y crois, je ne m’arrêterai pas tant que je ne l’aurai pas fait, a ainsi lancé en zone mixte la Caribéenne. Le secret de ma réussite, c’est que je suis une compétitrice. J’adore la compétition et je crois que Dieu m’a donné un don. Je travaille dur, je suis assidue, déterminée, et j’en veux toujours plus ».
Fraser-Pryce, qui a devancé sur la ligne ses compatriotes Shericka Jackson et Elaine Thompson-Herah pour un fabuleux triplé jamaïcain, doit encore courir le 200m et le 4x100m à Eugene. « C’était assurément quelque chose qu’on avait en tête », a-t-elle ajouté, évoquant le triplé jamaïcain en finale du 100m féminin. « Je suis contente qu’on ait pu le faire, et d’avoir fini première des trois. On savait que les Etats-Unis avaient fait le triplé sur 100m, on ne pouvait pas les laisser nous voler la vedette ! »
Pause grossesse en 2017
La sprinteuse à la longévité unique court plus vite que jamais et continue de gagner les plus grands titres depuis qu’elle a donné naissance à son fils Zyon, à l’été 2017. « Ma motivation est plus forte qu’avant. C’est dur pour les filles. Nous, les filles, nous avons tellement peur de fonder notre famille, les gens pensent que l’on ne pourra jamais revenir après une grossesse », expliquait-elle à Lausanne en juillet 2021.  » Réussir ce retour était important pour montrer à moi-même et aux autres que c’était possible de repousser des barrières. Et je suis heureuse d’avoir pris le temps, cette pause après onze ans de haut niveau qui sont usants mentalement », avait-elle ajouté.

Bouanani (110 m haies) et Lahoulou (400 m haies) éliminés en demi-finales
Les hurdlers algériens Abdelmalik Lahoulou (400 m haies) et Amine Bouanani (110 m haies) ont été éliminés en demi-finales des Championnats du monde d’athlétisme (15 – 24 juillet), hier à Eugène, aux Etats-Unis.
Bouanani (24 ans) a terminé la course en troisième position avec un chrono de 13.37, réalisant ainsi sa meilleure performance personnelle et un nouveau record d’Algérie. Les deux premières places qualificatives sont revenues à l’Américain Grant Holloway (13.01) et le Britannique Joshua Zeller (13.31).
D’ailleurs, lors de la finale qui s’est déroulée deux heures plus tard, c’est l’Américain Holloway qui s’est adjugé la médaille d’or de l’épreuve avec un temps de 13.03, devant son compatriote Trey Cunnigham (13.08), médaillé d’argent. L’Espagnol Asier Martinez a pris la médaille de bronze (13.17).
De son côté, Abdelmalik Lahoulou a été également éliminé au stade des demi-finales dans l’épreuve du 400 m haies, en terminant la 2e série à la 5e position avec un temps de 48.90. Les deux premières places sont revenues au Brésilien Alison Dos Santos (47.85) et l’Américain Trevor Bassitt (48.17). La finale aura lieu aujourd’hui.
L’élimination de Lahoulou et Bouanani s’ajoute à celles de Billel Tabti et Hicham Bouchicha qui ont été éliminés dès le premier tour des séries du 3000 m steeple. Bouchicha avait terminé 9e de la deuxième série avec un temps de 8′ 27 » 39, alors que son compatriote Tabti a pris la 11e position lors de la première série avec un temps de 8′ 38 » 45.
Trois Algériens sur les sept engagés au rendez-vous mondial d’Eugène feront mercredi leur entrée en lice lors de la sixième journée de compétition. Il s’agit de Slimane Moula, Djamel Sedjati et Yacine Hathat, qui seront tous engagés sur le 800 mètres. La phase des séries est prévue à partir de 18h20, alors que les demi-finales sont prévues le lendemain, à partir de 19h00.
Cette 18e édition des Championnats du monde d’athlétisme était initialement prévue en août 2021, mais elle a été décalée d’un an suite à la reprogrammation des Jeux olympiques de Tokyo, décalés eux aussi de 2020 à 2021 en raison de la pandémie de Covid-19. Selon les organisateurs, un total de 1 900 athlètes, représentant 192 pays, sont engagés dans ces Mondiaux 2022 d’athlétisme, prévus au stade Hayward Field, alors que les épreuves sur route (ndlr, marathon et marche) se déroulent à travers les rues d’Eugène.

L’Ougandais Joshua Cheptegei, champion du monde du 10 000 m
Le recordman du monde ougandais du 10 000 m, Joshua Cheptegei, est devenu champion du monde de la distance pour la 2e fois, dimanche à Eugene (Oregon), en devançant le Kényan Stanley Mburu et son compatriote Jacob Kiplimo. Vice-champion olympique à Tokyo derrière l’éthiopien Selemon Barega, 5e dimanche, Cheptegei (25 ans) s’est imposé en 27 min 27 sec 43.
Recordman du monde de la distance depuis octobre 2020 (26 min 11 sec 00), l’Ougandais s’était déjà imposé en 2019 aux Championnats du monde de Doha. Il aura l’occasion de réussir le doublé avec le 5 000 m (séries jeudi, finale dimanche prochain), distance sur laquelle il avait été sacré champion olympique au Japon l’été dernier.

L’Américain Grant Holloway conserve l’or mondial du 110 m
L’Américain Grant Holloway a conservé l’or mondial du 110 m haies au bout d’une course privée à la dernière minute du champion olympique en titre, le Jamaïcain Hansle Parchment, blessé, à Eugene (Oregon) dimanche. Holloway s’est imposé en 13 sec 03 devant un autre Américain, Trey Cunningham (13.08). Parchment s’est blessé à même la piste dans les derniers instants avant de prendre le départ. Un autre des favoris pour l’or, l’Américain Devon Allen, a été disqualifié pour faux départ. L’inattendu Espagnol Asier Martinez est médaillé de bronze (13.17).

Crouser mène un triplé américain au poids hommes
Le champion olympique et recordman du monde du lancer du poids, Ryan Crouser, a mené un triplé américain dimanche aux Championnats du monde d’athlétisme de Eugene (Oregon), devant Joe Kovacs et Josh Awotunde. Crouser a réussi au 5e essai un lancer à 22,94 m, le 10e meilleur de l’histoire, le meilleur jamais réussi aux Mondiaux, après avoir été mis sous pression par Kovacs (22,89 m). Awotunde a lancé à 22,29 m.
Kovacs avait été sacré champion du monde en 2015 puis en 2019 lors d’un concours historique où il avait devancé Crouser d’un centimètre seulement. C’est le premier titre mondial pour Crouser, qui complète à 29 ans son palmarès comptant déjà deux ors olympiques (2016 et 2021) et le record du monde (23,37 m).
Les Etats-Unis réussissent ainsi un nouveau « sweep » (triplé) lors de leurs Mondiaux à domicile après celui du 100 m hommes samedi (Kerley devant Bracy et Bromell).

L’Ethiopien Tola, champion du monde du marathon à Eugène
L’Ethiopien Tamirat Tola a remporté le marathon des Championnats du monde d’athlétisme, dimanche à Eugene, en 2 h 05 min 37 sec, devant son compatriote Mosinet Geremew et le Belge Bashir Abdi. Vice-champion du monde en 2017 à Londres, médaillé de bronze olympique sur 10 000 m en 2016 à Rio, c’est le premier titre majeur pour cet athlète de 30 ans, remporté en l’absence du patron de la discipline, le Kényan Eliud Kipchoge.
Avec des conditions parfaites, et sur un parcours qui empruntait les routes d’entraînement de la légende locale Steve Prefontaine, Tola a devancé Geremew, déjà vice-champion du monde en 2019, de 1 min 09 sec et Abdi, le médaillé de bronze des Jeux de Tokyo, de 1 min 13 sec. Après une accélération collective au 30e kilomètre, l’Ethiopien s’est
isolé avec une violente attaque au 33e kilomètre, sans jamais faillir ensuite.

Sans Wlodarczyk, l’Américaine Brooke Andersen en or au lancer du marteau
En l’absence de la triple championne olympique en titre, Anita Wlodarczyk, blessée, l’Américaine Brooke Andersen a remporté son premier titre majeur au lancer du marteau lors des Championnats du monde d’athlétisme à Eugene (Oregon) dimanche. Andersen (26 ans) s’est très nettement imposée avec un jet à 78,96 m, devant la Canadienne Camryn Rogers (75,52 m) et une autre Américaine, Janee Kassanavoid (74,86 m).
La lanceuse californienne a pris les commandes du concours au quatrième essai et a expédié ses trois derniers jets au-delà des 77 m. Elle apporte aux Etats-Unis leur troisième médaille d’or de ces Mondiaux, les premiers de l’histoire disputés sur le sol américain, après Fred Kerley sur 100 m et Chase Ealey au lancer du poids.
La Polonaise Wlodarczyk, triple championne olympique en titre et quadruple championne du monde (2009, 2013, 2015 et 2017), a renoncé au voyage dans le nord-ouest US en raison d’une contusion musculaire à une cuisse subie mi-juin en poursuivant un homme qui venait de tenter de lui voler sa voiture.
R. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img