3.9 C
Alger
dimanche 4 décembre 2022

Centre national du cinéma et de l’audiovisuel: Hommage rendu au cinéaste Amar Laskri

La version numérique de l’immortelle œuvre «Patrouille à l’Est» (1974) a été projetée samedi, en présence d’une pléiade de figures cinématographiques et artistiques, lors d’un hommage rendu au grand cinéaste feu Amar Laskri. D’éminents témoignages ont également été apportés par plusieurs artistes de différentes générations.

Par Adéla S.

Le président du CNCA, Mourad Chouihi, a déclaré à la presse que cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un nouveau numéro du programme «Ciné club», en vue de braquer la lumière sur le parcours des cinéastes de différentes générations. A cette occasion, le parcours remarquable du réalisateur Amar Laskri, décédé le 1er mai 2015 à l’âge de 73 ans, a été revisité. Pour sa part, l’artiste Abdelhamid Rabia a rappelé le parcours cinématographique de Amar Laskri, un militant, un moudjahid, un homme de principe et un fervent syndicaliste.
M. Rabia a mis en avant l’attachement du défunt aux valeurs de la Glorieuse révolution dont il a rejoint les rangs depuis son jeune âge, ainsi que ses films primés à l’intérieur et à l’étranger.
L’évènement a vu également la distinction d’un des artistes du 7e art algérien, à savoir Hacène Benzerari. «J’ai choisi de distinguer l’acteur Hacène Benzerari car ce dernier est l’un des talents découverts et mis en valeur par le grand Amar Laskri», a précisé Mourad Chouihi.
S’exprimant à cette occasion, le comédien Hacène Benzerari a retracé, dans son témoignage, les coulisses du film «Patrouille à l’Est», rappelant les qualités humaines et le haut professionnalisme de Amar Laskri, grâce auquel plusieurs jeunes talents ont été découverts.
Il a estimé que sa distinction était un signe de reconnaissance à un parcours de plus de 50 ans entre théâtre, cinéma et télévision.
Par ailleurs, une convention de partenariat a été signée entre le Centre national du cinéma et de l’audiovisuel (CNCA) et l’Institut supérieur des métiers des arts du spectacle et de l’audiovisuel (Ismas), portant renforcement de la formation en la matière, échange d’expertises et promotion de la performance didactique.
Né en 1942 à Ain Al Berda (Annaba), Amar Laskri figure parmi les réalisateurs algériens de renom. Il compte à son actif plusieurs longs et courts métrages, notamment sur la révolution.
Laskri, qui a poursuivi de hautes études de cinéma, de théâtre et de télévision à Belgrade (ex-Yougoslavie) entre 1962 et 1966, a entamé la réalisation de courts métrages en 1967 avant de passer aux longs métrages.Le défunt avait marqué l’histoire du cinéma algérien en réalisant plusieurs longs métrages dont l’indétrônable «Patrouille à l’Est» (1974) et «Les portes du silence» (1989).
Il a occupé le poste de directeur du Centre algérien pour l’art et l’industrie cinématographique (CAAIC) de 1996 à 1998.
Les œuvres de Amar Laskri ont moissonné plusieurs prix de festivals internationaux.
A. S.

Article récent

Le 04 Decembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img