20.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Ce ramadhan ne fait pas exception: Flambée des prix dès le premier jour

Sans surprise, la flambée des prix a été au rendez-vous dès le premier jour du ramadhan. C’est devenu presque une coutume et chaque année les prix des produits alimentaires connaissent une hausse vertigineuse.

Par Meriem Benchaouia

Les marchés de la capitale, qui n’ont pas désempli ces derniers jours, ont connu une affluence record. Les consommateurs ont encore pris d’assaut les étals, ciblant les produits les plus prisés en ce mois sacré. En effet, d’interminables queues ont été observées devant les boucheries, boulangeries et étals de fruits et légumes. Les citoyens se bousculaient pour l’achat du moindre produit. Ceci n’est pas sans conséquence puisqu’en voyant le rush des acheteurs, des commerçants sans scrupule ont profité pour augmenter les prix. Comme d’habitude, certains commerçants profitent de la forte demande pour s’adonner à une spéculation des prix de certains produits de première nécessité, en dépit de tous les engagements pris par les autorisés concernées de diminuer ou garder en l’état, pour certains, les prix de ces produits. Une simple virée aux quelques marchés de la capitale, nous ont permis de confirmer de visu que les prix de certains produits ont, en effet, enregistré une hausse sensible. «Les prix sont élevés et ne sont pas à la portée même de la moyenne bourse. Tout a augmenté même les fruits et légumes de saison. J’ai acheté pour 1 000 DA et mon couffin n’est pas plein», nous confie une dame rencontrée au marché Clauzel. Le prix de la courgette varie entre 120 et 140 DA, voire même un peu plus. Il en est de même pour la carotte, dont le prix oscille entre 80 et 90 DA. Cette hausse ne passe pas inaperçue, d’autant que d’autres produits de première nécessité ne sont pas en reste. Il en est ainsi de la tomate, dont le prix a connu une légère hausse qui tourne autour de 10 DA, selon un commerçant, et 20 DA selon un consommateur. Cela dit, le prix de la tomate varie entre 120 et 130 DA. Le prix de la laitue a également sensiblement augmenté, puisque le kilogramme de ce produit prisé se situe entre 100 et 120 DA. La pomme de terre est cédée à 120 DA/kg. Côté fruits, les pommes coûtent entre 200 et 400 DA/kg, selon la qualité. Le prix de la banane a explosé, elle est affichée entre 560 et 600 DA/kg. Idem pour les viandes, notamment la viande rouge, dont la flambée reste chronique. Son prix varie entre 1 400 et 1 800 DA/Kg. Pour la volaille, les prix ont tout simplement doublé, atteignant les 440 DA/kg. On note également une hausse de prix pour les œufs. Le plateau d’œufs était affiché à 480 DA, actuellement annoncé à 510 DA, soit 17DA l’unité. Il est clair que ces prix ne sont pas à la portée des modestes bourses. «Je ne comprends pas pourquoi cette hausse des prix, alors que ce sont des produits de saison pour la plupart», note un homme d’un certain âge. C’est dire que garnir une table de ramadhan n’est pas du tout évident, car il vous faut aussi de la viande pour la chorba ou pour les autres plats. Sur ce plan, c’est plus compliqué encore et ce, eu égard aux prix en vigueur. «C’est la même rengaine chaque année», estime un quadragénaire qui ne garde pas moins l’espoir, à l’instar sans doute de tous les Algériens, que les prix connaîtront, dans quelques jours, un fléchissement, comme ce fut le cas l’année passée. «En dépit de la hausse des prix des certains produits, on constate une frénésie d’achat chez le citoyen qui malmène ainsi son budget», nous a affirmé un marchand de légumes.

M. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img