16.9 C
Alger
samedi 10 décembre 2022

Ce que sabotage veut dire

Bien que les gazoducs Nord Stream 1 et 2 appartiennent à la Russie, et qu’ils sont pour l’heure endommagés, elle ne peut envoyer sur place des enquêteurs pour savoir ce qu’il en est exactement. Si le matériel est malgré tout récupérable, ou si au contraire il est définitivement perdu. Les fuites ont été localisées dans les eaux internationales, quoiqu’à l’intérieur des zones économiques suédoise et danoise. Suédois et Danois, après avoir convenu qu’il s’agissait bel et bien d’un sabotage, ont mis sur pied une équipe pour relever les indices concernant le mode opératoire du coupable, et donc sur son identité. Ils se sont arrogé le droit de demander l’assistance de qui bon leur semble. A aucun moment il n’a été question chez eux d’appeler les Russes à prendre part à l’enquête, qu’ils se font fort d’aborder et de mener à son terme avec les meilleures méthodes de la police scientifique. En mer Baltique, la Russie y a, à côté d’autres, sa propre flotte, qui semble ne pas même lui permettre d’accéder à ce qui est censé lui appartenir et qui en plus se trouve dans des eaux ne relevant de personne. Les Nord Stream 1 et 2 n’ont donc pas été seulement sabotés, ils ont été également confisqués, arrachés à la Russie. Juste avant leur sabotage, ils lui appartenaient, en droit sinon en fait.

Juste après, ils ont changé de main, ils sont devenus propriété de la Suède et du Danemark, en fait de l’Otan, bien que la première n’y soit théoriquement pas encore. Il arrive encore aux Russes de parler, mais sans trop y croire, de les réparer, de les remettre en service, de leur redonner une seconde vie, à tout le moins s’agissant du premier né, le second n’ayant jamais servi quant à lui. Tout indique en fait que leur histoire est terminée. Leur sabotage est le premier acte de la guerre se produisant hors d’Ukraine. La scène de crime est sous contrôle de l’Otan, c’est-à-dire du coupable collectif, la Russie n’ayant pu saboter quelque chose auquel elle ne pouvait pas avoir accès, outre qu’il lui appartient, et que son intérêt est logiquement de le préserver non de le dégrader. Nous tous disons endommagé, saboté. Le mot juste, c’est détruit, anéanti, puisqu’il ne servira plus. Ce sabotage n’est pas qu’un sabotage d’ailleurs, c’est aussi un message politique, un tournant, une clarification, une déclaration de guerre, et bien d’autres choses encore. En tant que message, il n’est pas adressé à la seule Russie, mais tout autant à ceux des Européens qui croient encore qu’un retour en arrière est possible. Le point faible de l’Otan était depuis le début l’Allemagne, du fait notamment de sa forte dépendance au gaz russe. L’Allemagne ne serait pas la première économie européenne sans le gaz russe en effet, abondant et bon marché. Le sabotage des Nord Stream veut dire qu’il n’y aura pas de marche arrière, pas de retour à l’âge d’or allemand, que l’invasion de l’Ukraine a enclenché un processus irréversible, qu’une page de l’histoire a été ouverte, qui ne se refermera pas de sitôt. La réponse de la Russie ne s’est d’ailleurs pas fait attendre : les quatre annexions, qui surviennent comme par hasard dans la foulée du sabotage. Jusqu’à elles, il était encore possible que la Russie se retire d’Ukraine, suite à un accord politique avec cette dernière. Après elles, cette possibilité n’existe plus.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img