16.9 C
Alger
dimanche 4 décembre 2022

Cascades

Alors que les États-Unis et l’Iran commencent enfin et doucement à tenter de renouer leurs relations pour éventuellement revenir à l’Accord sur le nucléaire iranien signé en 2015 par Barack Obama, puis dénoncé en 2018 par Donald Trump, certaines décisions de Téhéran posent aujourd’hui problème. Les récents développements en Iran concernant l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz ne sont «pas positifs» pour le cours des négociations avec Washington, a en effet estimé, hier, le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas. Le ministre s’exprimait après l’annonce par Téhéran samedi de la mise en service de nouvelles cascades de centrifugeuses avancées dans cette usine qui a subi dimanche un «accident» qualifié d’attaque par l’Iran. «Ce que nous entendons de Téhéran en ce moment n’est pas une contribution positive, en particulier les développements récents concernant Natanz», a déclaré Heiko Maas lors d’une conférence de presse à Berlin. Après une première session de discussions la semaine dernière, les négociations doivent reprendre cette semaine à Vienne, en Autriche, pour tenter de faire revenir les États-Unis dans l’Accord international sur le nucléaire iranien, tout en convainquant Téhéran de revenir au respect des engagements dont il s’est affranchi. «Ce ne sera pas simple», a encore relevé Heiko Maas tout en notant que l’esprit des discussions est «constructif». À l’issue des premières négociations de Vienne avec l’Iran, auxquelles les États-Unis ne participent pas directement, les Américains ont indiqué avoir fait des propositions «très sérieuses» et ont dit attendre une certaine «réciprocité» de la part de la République islamique. La mise en service de nouvelles cascades de centrifugeuses modernisées dans le complexe nucléaire de Natanz, interdites aux termes de l’accord de 2015, ne vont pas dans ce sens. Ces installations permettent d’enrichir plus rapidement l’uranium. Compte tenu de ces éléments, les discussions qui vont reprendre à Vienne «seront particulièrement importantes pour voir dans quelle mesure ce qui est discuté est applicable à Téhéran», a ajouté Heiko Maas. Enfin, l’Union européenne a rejeté hier toute tentative de saper les discussions en cours à Vienne sur l’accord nucléaire avec l’Iran et demande des clarifications sur l’incident à l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, a déclaré le porte-parole du chef de la diplomatie européenne. «Toute tentative de saper les discussions en cours à Vienne doit être rejetée», a affirmé Peter Stano, au cours du point de presse de la Commission européenne, ajoutant que «les circonstances de l’incident (à l’usine de Natanz) doivent être clarifiées très vite». Reste à voir si l’Iran fera les efforts qui lui sont demandés pour réussir à renouer des relations diplomatiques cordiales avec la Maison-Blanche notamment, et faire lever les sanctions économiques qui pèse sur lui, ou si son programme nucléaire est plus important pour lui que la crise financière qui dévaste et paupérise sa population.

Article récent

Le 04 Decembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img