20.9 C
Alger
dimanche 26 juin 2022

Carburants: La facture d’importation baisse de 1,7 milliard de dollars

La facture d’importation des carburants a baissé de 1,7 milliard de dollars en 2021, a indiqué, hier, Baatouche Boutouba, vice-président Sonatrach, chargé de l’activité raffinage et pétrochimie. S’exprimant lors de son passage à l’émission «L’invité de la rédaction», de la radio Chaîne 3, l’orateur dira que les importations ont été réduites concernant les essences et le gasoil, précisant que l’Algérie est passé d’une facture de 2 milliards de dollars à une facture de 300 millions de dollars par an. Cette dernière facture, a-t-il ajouté, «a concerné essentiellement des additifs utilisés dans la pétrochimie et la fabrication de l’essence». Ce résultat était dû, notamment, à la réhabilitation des raffineries du Nord, une opération lancée en 2009, a-t-il expliqué, soulignant que la réhabilitation des raffineries d’Arzew, de Skikda et celle d’Alger achevée (en 2019) a permis une «optimisation des flux». Par ailleurs, ce responsable a indiqué que le déploiement des actifs de Sonatrach réalise des résultats probants avec les projets en cours d’achèvement qui vont permettre un regain de production en pétrochimie et carburants. Il a cité, en exemple, l’usine de raffinage pour la production du polypropylène, avec le français Total, qui rentrera en production en septembre 2022. Un investissement lourd à hauteur de 1.5 milliard de dollars, et ce, pour dégager 550 milles tonnes de polypropylène exportable.
Baatouche Boutouba n’a pas écarté de recourir à l’investissement accompagné par des banques étrangères, eu égard que ces projets nécessitent de grands capitaux. Il a ainsi évoqué deux autres projets en maturation, avec deux autres partenaires étrangers. Il s’agit pour le premier d’une usine de crackage (mixte) de GPL et de naphtène (crackage mixte) et le deuxième pour la production du méthanol.
Une troisième concernant l’alkyle-benzène, dont le projet est en phase d’étude de base pour fabriquer les détergents, permettra, selon l’orateur, de couvrir le besoin national et dégager un surplus pour l’exportation à hauteur de 65 %.
Massi Salami

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img