26.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Cap sur l’exportation: Le ciment et l’huile d’olive en tête des produits exportables

Lourdement impactée par la chute des prix du pétrole, l’Algérie cherche à diversifier son économie et se dirige vers l’exportation. Ainsi, plus de quinze produits exportables ont été recensés par le ministère du Commerce, dont l’huile d’olive et le ciment. Le ministre délégué en charge du Commerce extérieur, Aissa Bekai, a indiqué qu’il est temps d’accompagner les opérateurs économiques qui souhaitent s’investir et produire et se diriger vers l’exportation. Pour y parvenir, Bekkai a précisé que le ministère du Commerce a recensé plus de quinze produits exportables, parmi lesquels il a cité l’huile d’olive et le ciment. Pour le ciment, Bekmai a mis en exergue «l’existence de 22 cimenteries qui pourraient exporter le surplus de production, si chaque secteur concerné joue son véritable rôle». Pour le ministre délégué, il n’est pas possible de parler de production locale sans parler d’investissement. Il a souligné, à cet effet, la nécessité de remplacer les importations par des exportations, car c’est la seule solution pour sauver l’économie. Il a précisé que le programme gouvernemental met l’accent sur la réussite de l’activité commerciale. Pour ce faire, il a insisté sur l’accompagnement des producteurs, notamment en termes de transport. Dans ce contexte, le ministre délégué en charge du Commerce extérieur a fait remarquer que le ministère du Commerce prévoit une série de mesures pour accompagner les opérateurs économiques et accroître le volume des exportations. «Plusieurs mesures ont été prises pour soutenir l’exportation en parallèle avec d’autres secteurs concernés par l’opération d’exportation, à l’instar des services diplomatiques et des conseils d’affaires communs», a indiqué Aissa Bekai, lors de l’inauguration du siège de la Chambre de commerce et d’industrie au niveau de la capitale, soulignant que les services de la tutelle avaient été à l’écoute des préoccupations des producteurs et des représentants de plusieurs filières. A ce propos, le ministre délégué a évoqué des problèmes liés à l’information économique, au système de qualité, à l’emballage et au transport. «Nous avons écouté les producteurs et leurs problèmes et nous essayons de les résoudre», a indiqué le ministre, soulignant qu’«il y a beaucoup de travail à faire pour répondre aux exportateurs algériens».
Pour rappel, dans le cadre du développement des exportations hors hydrocarbures, il a été procédé, l’année passée, à la composition d’un Comité interministériel chargé de préconiser une méthode pour la réalisation de 5 milliards Usd d’exportations et d’élaborer un projet de loi portant création de zones frontalières de libre-échange commercial. Outre l’établissement et l’actualisation de la liste des marchandises interdites provisoirement à l’exportation pour maintenir la suspension de l’exportation des produits stratégiques et subventionnés, l’année 2020 a été marquée par le lancement de l’élaboration d’un fichier national numérisé des produits algériens. De même qu’il a été procédé à la création d’une cellule d’écoute des opérateurs économiques ainsi qu’à la création d’un mécanisme au niveau des frontières terrestres pour permettre l’exportation des produits algériens au Mali, au Niger et en Mauritanie.
Louisa Ait Ramdane

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img