10.9 C
Alger
samedi 24 février 2024

Candidat

Cela fait des années maintenant que le président des républicains français répète à qui veut l’entendre que seul Laurent Wauquiez sera capable, en 2027, de représenter le parti de droite qui a, en 2022, avec ses 4,78 % à l’élection présidentielle obtenu le pire score de son histoire. Éric Ciotti est ainsi persuadé que seul le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes réussira à convaincre l’électorat de droite qui a massivement déserté LR pour le Rassemblement National et Renaissance, le parti présidentiel. Toutefois, la perquisition cette semaine des des bureaux parisiens de la région et de l’association Régions de France lundi dans le cadre d’une enquête sur des «soupçons d’emplois fantômes» de proches de Laurent Wauquiez pourrait bouleverser les ambitions présidentielles de ce dernier. Confirmant une information de la cellule investigation Radio France, une source judiciaire a précisé que des perquisitions ont «notamment» été menées dans ces deux endroits, «afin de recueillir les éléments relatifs aux prestations de travail de ces quatre agents». La région Auvergne-Rhône-Alpes a confirmé pour sa part avoir «naturellement accueilli comme il se doit les enquêteurs afin qu’ils procèdent à tous les actes utiles qui permettront d’établir l’activité des agents de la région injustement mis en cause». «Elle se félicite de la diligence de la justice qui permettra rapidement de mettre au jour la réalité des faits. La Région Auvergne-Rhône-Alpes se tient bien évidemment à l’entière disposition de la justice», a encore ajouté l’institution. Une enquête, ouverte à l’automne 2020 par le parquet national financier (PNF) après un rapport de la Cour régionale des comptes sur les collaborateurs de Laurent Wauquiez à la région, avait déjà abouti à une perquisition en septembre 2022 au siège de la région. En octobre, la cellule investigation de Radio France avait pointé du doigt quatre emplois rémunérés par le conseil régional et basés à Paris, dont les missions pour l’exécutif régional feraient l’objet de questionnements en interne. Trois de ces personnes auraient été basées dans les locaux parisiens de la région, tandis que la quatrième l’aurait été au siège de l’association Régions de France. Lors de la divulgation des informations en octobre, Wauquiez avait évoqué «des informations mensongères, erronées et malhonnêtes». «Je regrette que les journalistes aient été instrumentalisés», avait ajouté le potentiel candidat à la présidentielle de 2027. L’opposition régionale avait de son côté critiqué l’usage, jugé irrégulier, des moyens de la région par Wauquiez, et signalé les faits au parquet de Lyon qui a transmis le signalement au PNF, d’après la source judiciaire. L’enquête au PNF «depuis septembre 2020 a été étendue aux quatre situations décrites dans cette publication», a encore précisé cette source. Une situation délicate pour Wauquiez mais également pour l’ensemble de son parti, qui siège avec quelques dizaines de députés seulement à l’Assemblée Nationale et qui compte sur la prochaine présidentielle pour retrouver sa stature de parti de gouvernement. Ciotti et ses proches qui estiment que Wauquiez est la meilleure option de la droite traditionnelle pour 2027 serait bien inspirés de se trouver une doublure crédible qui pourrait, si cela devenait nécessaire, reprendre le rôle de candidat LR qui a été très lourd à porter ces dernières années et n’a pas exactement porté chance à ceux qui se sont essayés.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img