21.9 C
Alger
vendredi 24 mai 2024

Calvaire quotidien : Les embouteillages font leur réapparition

Depuis quelques semaines, des bouchons monstres ont fait leur réapparition sur nos routes. Malgré les promesses et la réalisation de plusieurs grands projets afin de faciliter la circulation, ce problème s’éternise et empoisonne la vie des automobilistes.

Par Thinhinene Khouchi

Le problème de la congestion du trafic routier dans la wilaya d’Alger s’aggrave d’année en année. En effet, qui dit saison estivale dit bouchons qui s’étirent sur des kilomètres d’autoroute. Et qui dit hiver, rentrée scolaire, rentrée sociale… dit embouteillages encore. Ça n’en finit pas ! De l’avis commun des citoyens et automobilistes, ces interminables bouchons qui bloquent la circulation routière empoisonnent la vie des Algériens. Ils sont devenus un vrai facteur de stress et de perte de temps. On ne parlera jamais assez des déboires que subissent les citoyens, les automobilistes algérois ou le transporteur en commun, pour joindre les destinations en un temps raisonnable. De nombreux bouchons routiers, notamment durant les heures de pointe, moments qui ne sont d’ailleurs guère différents des autres, bloquent la circulation. «Je prends chaque jour le bus et là avec le reprise scolaire et universitaire c’est vraiment la galère. A chaque fois c’est la même histoire, on est obligé de subir les longues files de voitures. S’ajoutent à cela les dix minutes de pose à chaque arrêt, et quand on proteste, personne ne répond, on nous demande même de prendre un taxi au lieu de réclamer», nous a affirmé une citoyenne qui a l’habitude de prendre le bus privé de Said-Hamdine – Alger-Centre. Pour un autre citoyen habitant Gué de Constantine, «la reprise du métro n’a pas suffi pour empêcher le retour des embouteillages à Alger». En outre, il est a noter qu’afin de mettre fin au problème des bouchons au niveau de la capitale, à l’origine des souffrances quotidiennes des citoyens et des pertes économiques, «une étude a été lancée afin de mettre en place un plan global pour décongestionner le trafic routier à Alger». En effet, les ministres des Travaux publics, Kamel Nasri, des Transports, Aissa Bekkaï et le wali d’Alger, Youcef Chorfa, ont annoncé le lancement de cette étude. M. Nasri a déclaré à la presse qu’il a été convenu d’«élaborer en urgence un cahier des charges avec l’association des experts des différents secteurs concernés, dont les Travaux publics et les Transports, en vue de lancer une étude d’un plan global du trafic routier à Alger». Prévoyant la généralisation des feux tricolores, ce plan constituera «un modèle à suivre dans les différentes wilayas du pays», a fait valoir le ministre. Pour décongestionner le trafic routier au niveau de la capitale, le ministre a annoncé la relance de 16 projets de réalisation de routes, en suspens pour des raisons administratives. Il s’agit essentiellement de la réalisation de routes pour accéder aux nouveaux pôles urbains. En attendant l’exécution du plan en question, il a été décidé durant la réunion de prendre une série de solutions urgentes, en l’occurrence l’interdiction de réaliser des travaux de routes durant la journée, l’interdiction pour les poids lourds de se déplacer sur les axes routiers durant la journée et le recours à l’utilisation des trains pour le transport de la marchandise de et vers le port d’Alger, a précisé Nasri.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img