16.9 C
Alger
vendredi 9 décembre 2022

Caisse de retraite à Mostaganem: La suspension des pensions fâche les retraités

Depuis le 15 de ce mois d’octobre, des centaines de retraités de la wilaya de Mostaganem exaspérés par l’étrange suspension de leurs pensions de retraite se plaignent énergiquement sur les réseaux sociaux. En effet, ces derniers se sont enflammés, pointant du doigt l’administration de la Caisse nationale des retraites de la wilaya. Suite à des plaintes sur la toile assurément assidues des retraités, surtout ceux percevant de modestes pensions, les concernés et les autres se sont préoccupés d’une situation qu’ils considèrent injuste. Effectivement, l’administration de la CNR a suspendu les virements des pensions des retraités juste pour les inciter à déposer un certificat de vie, soit une fiche familiale justifiant que le pensionnaire n’est pas décédé. Par pure solidarité, les commentaires qui ont fusé sur Facebook toute cette semaine sont beaucoup plus pour rappeler que cette façon de traiter les retraités est inadmissible. Plusieurs se sont insurgés, considérant qu’un tel comportement n’est que de la maltraitance pour celles et ceux qui ont travaillé toute une vie. D’autres avouent qu’il est inconcevable qu’à l’ère du numérique une administration comme la CNR bloque les pensions. Personne ne comprend les raisons pour lesquelles on n’informe pas les retraités par anticipation, les laissant dans le flou. Aujourd’hui, commente un pensionnaire, il n’y a pas d’excuses car c’est l’époque des applications que l’on pourrait introduire via les Smartphones des retraités eux-mêmes ou celui de leurs proches pour les informer par anticipation. Comment est-il possible, écrit un facebooker, c’est avec l’état civil des APC et par voie de logiciels sécurisés afin d’éviter la fraude qu’il faut mettre à jour les dossiers des retraités. La CNR doit revoir sa fiche et corriger sa gestion, car ce sont les retraités qui garantissent les salaires des gestionnaires de la Caisse et les maltraiter est impensablen nous dira un enseignant à la sortie des guichets des PTT. Un retraité des chemins de fer considère que c’est inconcevable de ne pas trouver de l’argent sur le compte après avoir fait une chaîne d’une heure trente à la poste. Une dame, victime de cet état de fait, assure qu’elle est exaspérée de voir sa «maigre» retraite suspendue, se voyant obligée d’empreinte de l’argent pour subvenir à ses besoins. Ce qui est embarrassant, c’est que la CNR à Mostaganem ne coordonne ni avec l’APC ni avec la Poste, ni avec les banques, afin que le pensionnaire soit informé du motif du non virement de sa paie. Ce dernier pourra revenir aux guichets une fois encore et refaire la chaîne pour rentrer bredouille chez lui. Ce n’est que par solidarité aux retraités que les citoyens réagissent car ils connaissent les conséquences d’une retraite suspendue sans savoir quand elle sera débloquée.

Lotfi Abdelmadjid

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img