25 C
Alger
mercredi 21 octobre 2020

Brexit: Londres dit vouloir un accord mais renvoie la balle à Bruxelles

Le gouvernement britannique a déclaré hier toujours vouloir conclure un accord commercial post-Brexit avec l’Union européenne, malgré des négociations dans l’impasse, tout en estimant que la balle était «dans le camp» des Européens.
«J’espère toujours que nous aurons un accord», a déclaré le ministre d’Etat Michael Gove sur la chaîne Sky News.
«Je veux un accord, j’ai très envie d’y parvenir mais pour cela, il faut que les deux parties fassent des compromis. Ce n’est pas ce que l’UE fait en ce moment», a-t-il ajouté, estimant que les Européens ne semblaient pas «sérieux» dans leur volonté d’aboutir.
Déjà poussives, les négociations commerciales se sont envenimées jeudi quand les 27 réunis en conseil ont exigé des concessions de Londres, tout en disant vouloir poursuivre les pourparlers pour arriver à un accord de libre-échange avant l’année prochaine, quand les règles européennes cesseront de s’appliquer au Royaume-Uni.
Mais Londres a refusé net, conditionnant la poursuite des discussions à «un changement fondamental d’approche» de la part des Européens.
Un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson avait souligné que pour les Britanniques, les négociations commerciales étaient «finies». Le négociateur en chef européen Michel Barnier et son homologue britannique David Frost doivent s’entretenir lundi au sujet du «format» des pourparlers, selon la Commission européenne.
«La balle est dans son camp», a insisté Michael Gove à propos du négociateur européen. Sur la BBC, il a répété que la porte des négociations restait «entrouverte» si l’UE modifiait effectivement «sa position». A défaut d’accord permettant au Royaume-Uni de retrouver sa pleine souveraineté, a souligné M. Gove, son pays n’hésiterait pas à opter pour un «no deal» au 1er janvier, potentiellement dévastateur pour des économies déjà fragilisées par la pandémie, avec le rétablissement de quotas et droits de douane entre les 27 et Londres.
Les discussions butent sur trois sujets : l’accès pour les Européens aux poissonneuses eaux britanniques, les garanties réclamées à Londres en matière de concurrence malgré de récents progrès et la manière de régler les différends dans le futur accord.

Mohamed A.

Article récent

Djerad donne aujourd’hui à Batna le coup d’envoi: Une rentrée scolaire pas comme les autres

Après plusieurs mois de confinement, les élèves reprennent aujourd'hui le chemin de l'école. Une rentrée scolaire particulière qui intervient dans une conjoncture...
--Pub--

Articles de la catégorie

Industries électroniques et de l’électroménager FAPEE : substituer le système CKD par un nouveau mécanisme pour hisser l’intégration

Le Collectif des fabricants algériens de produits électroniques et électroménagers (Fapee) s'est dit engagé pleinement dans la vision des autorités visant à...

Pétrole: À 42,64 dollars, le Brent remonte légèrement

Les cours du pétrole ont progressé légèrement hier, après trois séances de dégringolade.Hier matin, le baril de Brent de la mer du...

Pessimiste sur les chances de nouvelles aides économiques: Wall Street chute

La Bourse de New York s'est enfoncée dans le rouge lundi, à la veille d'une échéance fixée par la présidente démocrate de...

Le FMI au sujet de la région Mena: «Nécessité d’accélérer les réformes et la diversification économique»

Les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord (Mena) doivent accélérer les réformes, notamment la diversification de leurs économies face aux impacts...
- Advertisement -