25.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Bourses: Wall Street termine en baisse, le rebond n’a pas tenu

La Bourse de New York a terminé en repli, vendredi, une nouvelle semaine folle, incapable de trouver un semblant d’élan à l’approche du week-end et handicapée par un mauvais indicateur macroéconomique américain. Le Dow Jones a perdu
0,69 %, l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, a lâché 2,18 %, et l’indice élargi S&P 500, 1,30 %. Sur le marché obligataire, le taux des emprunts d’Etat américains à deux ans est monté à 1,76 %, pour la première fois depuis 30 mois.
La courbe des taux s’aplatit de plus en plus (les taux à court terme se rapprochent de ceux à long terme), signe que le marché se prépare à un cycle de relèvements par la Banque centrale américaine (Fed) mais n’est pas convaincu par la vigueur de la croissance à long terme. Comme souvent, avec le retour de l’aversion pour le risque, les valeurs de croissance ont souffert, à l’instar de Netflix (-4,61 %), Tesla (-5,12 %), ou la plateforme de cryptomonnaies Coinbase (-7,46 %). Le constructeur de véhicules électriques Rivian dérapait (-7,56 % à 38,05 dollars) après avoir annoncé jeudi, après Bourse, qu’il ne prévoyait de produire que 25 000 exemplaires de ses modèles, alors que les analystes anticipaient 40 000. Il a entraîné avec lui ses concurrents Nikola (-5,53 %) et Lucid
(-5,33 %). Le groupe de logiciels et d’informatique à distance (cloud) Oracle (+1,53 % à 77,82 dollars) a profité de prévisions de croissance encourageantes. Nouvelle journée difficile pour les valeurs chinoises cotées à Wall Street, en particulier pour Yum China (-15,51 % à 37,48 dollars), le groupe qui contrôle les restaurants KFC, Taco Bell et Pizza Hut en Chine. Jeudi, le régulateur américain des marchés (SEC) a mis en demeure plusieurs entreprises chinoises, dont Yum China, de se mettre en conformité avec de nouvelles obligations comptables légales, faute de quoi elles pourraient être radiées de la cote d’ici à 2024. Aucun des 248 groupes chinois cotés à New York ne s’est conformé, pour l’instant, à ces obligations. Les géants chinois du commerce électronique Alibaba (-6,68 %), JD.com (-8,63 %) ou Pinduoduo (-10,15 %) ont subi, vendredi, le contrecoup de la première salve du régulateur.
N. T.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img