25.9 C
Alger
vendredi 17 septembre 2021

Boulakhras: L’intégration du produit national dans l’équipement des infrastructures énergétiques est «irréversible»

L’intégration du produit national dans l’équipement des infrastructures énergétiques du pays est une «voie irréversible et une attente des pouvoirs publics», a affirmé, jeudi à Médéa, le président-directeur général (P-dg) de Sonelgaz, Chaher Boulakhras.
«Il faut faire confiance aux opérateurs industriels privés nationaux, leur donner l’occasion de s’affirmer et contribuer au développement du secteur de l’énergie électrique et gazière dans le pays», a déclaré Boulakhras, en marge de sa visite dans la wilaya de Médéa, où il a inspecté les nouveaux postes électriques installés dans la commune de Boughezoul, la centrale électrique de Berrouaghia et une unité de fabrication de filtres pour turbines à gaz, située dans la commune de Draa-Smar, à l’ouest de la wilaya.
La conjoncture actuelle «impose de créer, selon le P-dg de Sonelgaz, un écosystème, où les opérateurs industriels nationaux auront à jouer un rôle capital permettant de s’adapter à l’évolution du marché et de la demande en énergie, électrique ou gazière», a-t-il expliqué, ajoutant que l’intégration du produit national «n’est plus un choix, mais une option stratégique et irréversible devant mener à réaliser une synergie dans le partenariat privé-public».
M. Boulakhras a fait état, en outre, de l’entame d’une vaste opération de transfert de gestion des dépôts de gaz public, précédemment confiée à la Société algérienne de gestion du réseau de transport de gaz (GRTG), au profit de Sonelgaz.
L’opération devrait toucher, selon ce responsable, plus de 4 000 DP (petite installation de distribution de gaz), éparpillés sur l’ensemble du territoire national, soulignant que cette opération s’inscrit dans le cadre de «la concentration des filiales de l’entreprise et un retour à la vocation d’énergéticien de cette grande firme nationale». Outre «l’impératif d’être présent physiquement sur le terrain pour mieux gérer ce nombre important de dépôts de gaz public, ce transfert de gestion est une exigence induite par l’évolution du marché national qui compte pas moins de 11 millions d’abonnés en électricité et 6,5 millions pour la gaz», a fait observer M. Boulakhras.
G. H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img