25.9 C
Alger
vendredi 17 septembre 2021

Booker Prize : De belles plumes littéraires sélectionnées

Six romanciers déjà reconnus par le Booker prize, dont des poids lourds de la littérature comme Kazuo Ishiguro, figurent de nouveau cette année dans la sélection de ce prestigieux prix britannique, ont annoncé, mardi, ses organisateurs, au détriment de nouvelles plumes. L’auteur britannique d’origine japonaise, Kazuo Ishiguro, 66 ans, peut ainsi s’enorgueillir de sa cinquième sélection à ce prix littéraire créé en 1969, auquel peuvent concourir des auteurs de toutes nationalités pourvu qu’ils écrivent en anglais. Kazuo Ishiguro, auteur britannique d’origine japonaise, est sélectionné pour la cinquième fois à ce prix littéraire.

Seul deux primo romanciers
Il l’avait déjà remporté en 1989 pour son roman «Les Vestiges du jour», mais avait aussi été retenu en 1896 («Un artiste du monde flottant»), en 2000 («Quand nous étions orphelins») et en 2005 («Auprès de moi toujours»). Celui dont la carrière a aussi été saluée par un Nobel de la littérature en 2017 est cette fois-ci sélectionné pour son huitième roman, «Klara and the Sun» (Klara et le soleil), «une véritable vision innocente et sans ego sur le comportement étrange des humains obsédés et blessés par le pouvoir, le statut et la peur», ont estimé les membres du jury. Cinq autres romanciers déjà sélectionnés par le Booker Prize figurent de nouveau cette année sur la liste : Damon Galgut pour «The Promise» (La Promesse), Mary Lawson avec «A Town called Solace» (Une ville appelée Consolation), Richard Powers pour «Bewilderment» (Perplexité) et Sunjeev Sahota avec «China Room» (Chambre chinoise). Au total, treize œuvres ont été sélectionnées par un jury de cinq juges parmi 158 romans publiés au Royaume-Uni ou en Irlande entre le 1er octobre 2020 et le 30 septembre 2021. Six femmes figurent parmi les 13 noms retenus, et seulement deux primo romanciers, bien loin des huit nouvelles plumes sélectionnées lors de l’édition précédente.

Douglas Stuart récompensé l’année dernière
L’an dernier, le prix avait été attribué à l’Ecossais Douglas Stuart pour son premier roman «Shuggie Bain», qui se déroule dans une famille de la classe ouvrière à Glasgow, luttant contre l’alcoolisme et la pauvreté dans les années 1980. Cette année, «il est particulièrement significatif, en cette période de pandémie, de constater que tous ces livres ont des choses importantes à dire sur ce qu’est la communauté, qu’elle soit minuscule et isolée ou qu’elle s’étende à l’infini dans le cyberespace», a estimé Maya Jasanoff, présidente du jury. Elle a salué «un sentiment de connexion puissant avec les livres» en cette période de confinements répétés. Les noms des six finalistes seront annoncés le 14 septembre, avant la désignation du vainqueur le 3 novembre. A la clé, une récompense de 50 000 livres (environ 55 000 euros) et l’assurance d’une renommée internationale.

L. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img