19.9 C
Alger
mardi 28 novembre 2023

Blida: Impératif d’améliorer la fiscalité environnementale

Les participants, jeudi, à une journée d’étude organisée à Blida, se sont accordés sur l’impérative contribution des différents acteurs dans la concrétisation du projet pilote pour l’amélioration de la fiscalité environnementale à Blida, adopté l’année passée par le ministère de l’Environnement.
Les intervenants à cette journée d’étude sur la «Fiscalité environnementale comme instrument d’amélioration du cadre de vie des citoyens», organisée par la direction locale de l’environnement, ont souligné l’impératif de la contribution efficiente «des maires et des différents secteurs concernés (impôts, industrie, énergie, santé, registre du commerce) dans la concrétisation du projet-pilote d’amélioration de la fiscalité environnementale, lancé par le ministère de l’Environnement, au titre des efforts de réduction de la pollution environnementale», ont-ils observé.
Selon la cheffe du service environnement urbain et industriel à la direction de l’environnement de la wilaya, Youcef Khoudja Samia, «la contribution des collectivités locales à ce projet se fait à travers un recensement des établissements industriels classés en vue de la création d’une plateforme numérique unifiée, qui sera exploitée par ce projet d’amélioration de la fiscalité environnementale, et partant, dans l’amélioration du cadre de vie des citoyens», a-t-elle indiqué.
L’opportunité a donné lieu à un exposé de Merzouki Nadjib, cadre à la direction de l’environnement, sur les avantages de la fiscalité environnementale pour les collectivités locales, laquelle demeure «une ressource non exploitée par nombreuses d’entre elles», a-t-il dit, soulignant la «possibilité pour les collectivités locales de collecter 100 % de taxes pour l’enlèvement des déchets ménagers».
Simulant l’exemple d’une commune de 180 000 habitants, avec 85 entreprises classées, une centaine de commerçants, une assiette pour le camping et 30 000 logements, M. Merzouki a signalé la possibilité pour cette commune virtuelle de collecter entre 50 à 70 millions DA/an, en guise de fiscalité environnementale. Il a indiqué que cette même commune peut exploiter ses revenus dans l’acquisition de sept camions compacteurs et
1 500 bennes à ordures, outre la réalisation d’opérations relatives à l’amélioration du cadre de vie des citoyens.
Affecté d’une enveloppe de 30 millions d’euros, ce projet a été lancé en partenariat avec l’Agence de coopération technique allemande (GTZ) pour une durée de trois ans, à travers quatre wilayas pilotes, à savoir Blida, Tiaret, Ghardaïa et Laghouat. «Il a pour objectif d’améliorer les législations relatives à la fiscalité environnementale, la révision des lois et la numérisation de la fiscalité», a indiqué le représentant de la GTZ.
Pour l’inspectrice générale de l’environnement auprès du ministère de tutelle, Samira Hamidi, ce projet vise «le règlement du problème auquel fait face l’Algérie en matière de collecte de la fiscalité environnementale», estimant que la situation est «préoccupante» et requiert, a-t-elle dit, de «coopérer avec l’Agence de coopération technique allemande, en vue d’une révision des lois en vigueur, d’une part, et d’autre part la mise en place d’un système de numérisation unifié entre les différents secteurs concernés».
Outre les maires et des chefs de daïra, des représentants des secteurs concernés par le projet, et du Club des entrepreneurs et des industriels de la Mitidja ont pris part à cette journée d’étude, durant laquelle les intervenants ont exposé les préoccupations liées à l’environnement.
Les responsables locaux du secteur environnemental ont saisi cette opportunité pour lancer un appel aux commerçants et aux industriels pour les inciter à prendre en charge les déchets issus de leurs activités, et prendre les mesures nécessaires pour préserver l’environnement.
Safy T.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img