17.9 C
Alger
jeudi 25 avril 2024

Blida: Exposition artistique de jeunes talents

Kamatcho, nom d’artiste de Maïzia Mohamed Kamel Eddine, 28 ans, fait partie du groupe de neuf artistes qui exposent dans l’espace de Crescendo School du 24 février au 3 mars à partir de 10 heures.
Cette exposition-vente portant le nom de «Mazij» (Mélange) est une première pour nombre de ces jeunes artistes. Kamatcho, natif de Zéralda et y résidant, est ingénieur d’État en statistiques depuis 2019 et travaille dans une boîte chinoise de construction où il s’y plaît.

Par Abdelkrim Mekfouldji

Il a été fortement encouragé dès l’âge de 12 ans par ses parents dans un art où le papier règne en maître dans ce qui est nommé l’origami, un art originaire du Japon, lequel est lui-même venu de Chine. «L’origami est l’art du pliage du papier, un art qui m’est venu à partir d’une série télévisée américaine ‘’Prison Break’’ avec le célèbre canard de Michael Scofield, qu’il utilisait pour communiquer avec sa bien-aimée. Ce fut le début d’une suite d’animaux comme le perroquet, le dragon, etc. Je ne me suis alors jamais arrêté depuis». À la question de savoir s’il a reçu une formation, il répondra que ce sont les vidéos sur Youtube et «ma propre recherche documentaire qui ont fait que je me trouve aujourd’hui exposant à Blida» (sourires).Cela va sûrement intéresser les jeunes de tous les âges et, pourquoi pas, les retraités. «Il suffit d’aimer», dira Kamatcho qui a débuté ses expositions en 2016, avec une exceptionnelle rencontre avec le public deux années plus tard. Pour les matériaux utilisés, l’artiste affirmera : «Seul le papier sert à la réalisation de mes créations, mais on n’oublie pas d’autres supports qui consolident le travail comme le bois, le vernis et la peinture contre l’érosion».
Parmi ses œuvres, une réplique de la Joconde qui lui a demandé deux mois de travail et 2 632 petites pièces afin de former l’ensemble peint au moyen de 9 couleurs. «Cette œuvre universelle interpelle plus d’un et mon tableau est vu différemment selon qu’on se place à cinq mètres ou à dix mètres. Les différentes facettes de la Joconde procurent au visiteur des sensations qu’il va apprécier au travers d’échanges avec l’artiste ou avec d’autres personnes». C’est le propre d’un tableau et les autres objets en exposition donneront le désir de s’approprier un ou des modèles, comme pour les motifs de boucles d’oreilles.
A. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img