23.9 C
Alger
dimanche 25 septembre 2022

Biden to Trump: «Shut up man !»

On savait bien que le premier débat présidentiel entre Donald Trump et Joe Biden allait mal se dérouler. N’empêche, ce à quoi on a eu droit hier a dépassé toutes les attentes. Visiblement les deux hommes se détestent et même se méprisent beaucoup plus qu’ils n’auraient pu le dire. Leur but à chacun n’était pas de damer le pion à l’autre, de prendre le dessus sur lui mais d’en finir avec lui. Ils se sont comportés l’un l’autre comme si le combat ne se jouant qu’en un seul round, il leur fallait ou vaincre ou périr, ou tuer ou mourir. Il en a résulté une confrontation chaotique, affranchie des règles, où ce que l’on a échangé tout compte fait, c’est moins des arguments que des insultes. Ils auraient été plus jeunes, le risque aurait été sérieux qu’ils en viennent aux mains, purement et simplement. De sorte que la question se pose de savoir si les deux autres débats au programme se tiendront malgré cette première foire d’empoigne. Un match qui finalement n’a pu avoir lieu, faute de respect mutuel minimal, devrait être déclaré nul, sans vainqueur ni vaincu. Tel n’a pas été le cas en l’occurrence, l’un des débatteurs ayant quand même réussi à porter des coups plus sévères que ceux qu’il a reçus. Une victoire à la Pyrrhus, mais une victoire quand même. Elle a d’autant plus de prix pour lui et son camp qu’auparavant il ne faisait pas office de favori.
Elle est revenue non pas à Trump, une bête de scène, comme on pouvait s’attendre, mais à Biden, dont les répliques cinglantes ont plus d’une fois fait mouche. Trump, en revanche, a perdu dès lors qu’il n’a pas fait qu’une bouchée de Biden. Sur le registre des insultes, d’ailleurs le seul à avoir été ouvert à cette occasion, celles de Biden sont plus représentatives de la circonstance. On retiendra ce «Shut up man !», auquel les auditeurs, quels qu’ils soient, ont adhéré, les interruptions incessantes de Trump les gênant eux non moins que Biden et le modérateur. Ce fut une nuisance tout au long du débat, qui a duré une heure et demie. Tout semble s’être passé comme si Trump, sûr de faire passer un mauvais moment à Biden, n’avait pas pris la peine d’affûter ses arguments. Contrairement à Biden qui n’improvisait pas, qui tout en parlant jetait des coups d’œil sur ses notes. Trump est monté sur scène gonflé à bloc, mais sans texte précis à dire. Biden savait le sien par cœur en revanche, de crainte justement de cafouiller devant le public, de perdre le fil de sa pensée et de se mettre à bégayer. Mais là où sa préparation se voyait le plus, c’est lorsque fixant la caméra il s’adressait directement aux spectateurs, s’abstrayant du plateau et même de son pupitre et a fortiori de Trump, pour murmurer à l’oreille de chacun d’eux en particulier. A aucun moment, on n’a vu Trump, pourtant un homme des médias, regarder dans cette direction axiale fictive donnant à l’intérieur des foyers américains. Savait-il même qu’elle existait ? Tout au long de l’émission, il se tenait à moitié tourné vers Biden, comme s’il n’y avait que sa proie qui comptait, et qu’il attendait le bon moment de se jeter sur elle.

Article récent

Le 25 Septembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img