16.9 C
Alger
mercredi 22 mai 2024

Béjaïa: Mécontentement au CEM Abdelmoumen

 

Le personnel du CEM Abdelmoumen de l’ancienne ville de Béjaïa est mécontent. «Il est en grève depuis quatre jours». C’est ce qu’a déclaré le coordinateur du syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE) M. Nabil Ferguenis sur Radio Soummam. Les raisons de ce mouvement de protestation sont liées, selon le même responsable, «à la pression exercée sur les travailleurs notamment, les professeurs et le refus du directeur d’engager un dialogue avec le syndicat pour trouver des solutions aux problèmes posés». Ces derniers réclament carrément «le départ» de ce dernier, ajoute le même syndicaliste. Lequel parle d’un «différend profond qui a commencé l’an dernier», affirmant par la suite que «des rapports ont été adressés à la tutelle et sont restés sans suite». Des rapports ont été adressés à la tutelle et des commissions ont, également, été dépêchées à l’établissement afin de faire un arbitrage et réconcilier les deux parties en conflits toutefois mais, les conclusions des commissions sont restées sans suite et le conflit s’est encore corsé cette année avec le soutien manifesté par l’intendant en faveur du directeur. Selon une autre source syndicale, «les enseignants sont en colère contre le directeur à cause de la façon peu amène dont le directeur a traité l’un de leurs collègues». En sus de cet incident, «il y a le problème de surcharge des emplois du temps évoqué par les professeurs», ajoute notre interlocuteur. Et des souligner que : «les mécontents ont, également, refusé de discuter avec le directeur en raison des mauvaises relations existantes entre les deux parties qui ont rendu le climat très tendu au sein de l’établissement et ont poussé ces derniers à demander, carrément, le départ, du responsable n’excluant pas aussi l’intendant. «La décision d’entrer en grève n’a pas été prise de gaité de cœur», déclare toujours sur la Radio M. Ferguenis du SNTE. Il faut noter que le directeur qui réside à Akbou a demandé, mainte fois, un logement d’astreinte pour mieux exercer ses fonctions sachant, que des logements sont disponibles au niveau de l’établissement mais, occupés par des personnes qui refusent de quitter les lieux en dépit d’une décision de justice que l’on veut pas appliquer», a souligné un syndicaliste que nous avons contacté. H. Cherfa     

Article récent

le jour

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img