20.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Béjaïa : Les instituteurs réclament la hausse des salaires

Les instituteurs ont observé, hier, un rassemblement de protestation devant le siège de la Direction de l’éducation, sous l’égide de la Coordination nationale des enseignants du cycle primaire.

Par Hocine Cherfa

Cette action de protestation, qui n’est pas la première, a été ponctuée par un débrayage. Les protestataires revendiquent la prise en charge d’un bon nombre de points, essentiellement la hausse des salaires, l’équité entre enseignants du secteur de l’Education sur le plan des classifications, le volume horaire, l’introduction de la spécialisation dans le cycle primaire, entre autres. Ils réclament également «la promulgation d’un statut particulier du cycle primaire, notamment dans ses aspects liés à la promotion, l’intégration et le classement, la réduction du volume horaire, la spécialisation des instituteurs».
«Nous avons des revendications communes avec d’autres corps et attendons les résultats des négociations avec la tutelle pour décider des suites à donner à notre mouvement», a déclaré un instituteur à la radio.
Ils exigent également «l’application immédiate et avec effet rétroactif du décret présidentiel 14/266, le droit à la retraite proportionnelle sans limitation d’âge et la régularisation des enseignants formateurs». Les instituteurs espèrent obtenir aussi «des promotions jusqu’au titre de directeur d’école». Des assemblées générales devraient être organisées au niveau des établissements et des décisions devraient être prises en fonction des réponses de la tutelle, a-t-on appris. Notons que les travailleurs de l’APC d’Amizour ont observé, hier, une journée de protestation en soutien et en solidarité avec leur collègue, vice-président, qui a été agressé par un citoyen. Ils demandent que «ce genre de comportement soit puni» et réclament «le renforcement de la sécurité». Des habitants de Tizi, commune de Béjaïa, se sont rassemblés, hier, devant le siège de la wilaya afin de réclamer «la temporisation des travaux de revêtement de la route qui coûteront 3 milliards de centimes jusqu’à la réalisation d’un câble souterrain de moyenne tension (MT)», déclarait, hier, un membre de l’association du quartier (Badr) sur la radio locale. Ces derniers ont saisi la Duch à ce sujet. et sollicité une autorisation en urgence pour permettre la pose des câbles MT par l’entreprise retenue pour ce chantier.
H. C.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img