11.9 C
Alger
mercredi 30 novembre 2022

Béjaïa: Greffiers et agents de l’Anade réclament l’amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles

Les greffiers d’Akbou ont observé, hier, un sit-in devant le tribunal d’Akbou, afin de revendiquer l’amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles, dont la promulgation d’un nouveau statut particulier, leur indépendance par rapport à la Fonction publique et l’annulation de la loi 08/409.

Par H. Cherfa

Les greffiers réclament également un certain nombre de points, dont la majoration des salaires et primes, des promotions automatiques, le renforcement des tribunaux en effectif afin de mettre fin à la surcharge à laquelle fait face ce personnel. «Nous souffrons beaucoup à cause de la surcharge de travail et le manque d’effectif», ont déclaré des greffiers hier à Radio Soummam, énumérant certaines de leurs revendications ainsi que leurs souffrances quotidiennes. Notons que le personnel de l’Agence algérienne chargée de la gestion du fonds de crédits pour la création d’entreprises (Anade, ex-Ansej) de Béjaïa a débrayé avant-hier. Les travailleurs de cette Agence sont en colère en raison de leur situation socioprofessionnelle qui «n’est pas reluisante», voire «en stagnation». Le débrayage, qui est national, a-t-on souligné, a été largement suivi, de l’avis d’un des grévistes qui déclarait sur les ondes de la radio locale que le «taux du débrayage à Béjaïa est de l’ordre de 95 %». La colère du personnel de l’Anade est liée à «la marginalisation des travailleurs et surtout des compétences en ce qui concerne l’évolution de leur carrière professionnelle et l’interruption, sans raison, des négociations menées avec la tutelle sur la convention collective, voire l’exclusion des compétences dans la prise de décisions», a expliqué le même locuteur.
H. C.

Article récent

Le 30 Novembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img