22.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

Barrage Béni Haroun de Mila: Destination privilégiée des amateurs de la pêche continentale

Les amateurs de la pêche de poisson d’eau douce, de Mila et des wilayas voisines, trouvent dans le barrage de Béni Haroun ce qu’ils recherchent comme espèces de poisson diverses, notamment la carpe, le carassin et le barbeau.

Par Halim N.

Habitué de ce plan d’eau, Zineddine Boutheldja de la commune de Didouche Mourad (wilaya de Constantine) fréquente depuis des années le site de Kikaya, dans la commune de Mila, dont les berges du barrage offrent une importante étendue pour pêcher.
Approché par l’APS, cet adepte de la pêche affirme s’y rendre deux fois par semaine pour s’entraîner en prévision des divers concours de pêche de poisson d’eau douce, ajoutant que cela constitue son loisir favori, en plus du fait que ce plan d’eau soit très propice à cette activité avec ses ressources poissonneuses énormes et variées qui lui permettent de développer ses performances.
Véritable «pro» de la pêche à la ligne, Zineddine assure avoir été primé lors de divers concours de pêche récréative et a réussi, a-t-on constaté sur les lieux, à réaliser 50 prises démontrant ainsi, outre ses performances, la richesse du barrage de Béni Haroun en poisson.
Rencontré en compagnie de son fils sur l’une des rives du barrage de Ferdoua dans la commune de Sidi Merouane, Ahmed Zemouri affirme, pour sa part, pêcher pour son seul loisir depuis qu’il a pris sa retraite.
Outre la rencontre avec d’autres passionnés comme lui, la pêche représente pour ce sexagénaire un moment de quiétude au milieu d’une nature luxuriante, où se rencontrent l’eau et la forêt qui se dresse sur les berges du barrage et qui souvent, note-t-il, grouille de familles en quête d’oxygène, de détente et de calme.
M. Zemouri regrette, toutefois, l’absence de projets touristiques sur ces magnifiques espaces pour, entre autres, développer l’activité de la pêche continentale au niveau de ce plan d’eau qui renferme diverses espèces de poisson qui peuvent atteindre parfois de grandes tailles.
De son côté, le chef de la station de pêche et d’aquaculture de Mila, Khaled Belhayen, a relevé que le barrage de Béni Haroun renferme un «stock important de ressources poissonneuses» qui, a-t-il assuré, ne peut être exploité par la seule pêche à la ligne qui reste surtout une activité récréative.

Mila éligible pour devenir un pôle régional de la pêche continentale
Les berges du barrage de Béni Haroun, s’étendant à travers les communes de Grarem Gouga, Mila, Zeghaïa, Sidi Merouane et Hamala, accueillent quotidiennement des dizaines de pêcheurs amateurs, selon le même responsable qui a souligné que cette affluence a amené la station locale de pêche et
d’aquaculture à organiser des concours de pêche et de cuisson de poissons d’eau douce pour vulgariser davantage cette activité.
L’importance des ressources poissonneuses du barrage de Béni Haroun, le plus grand d’Algérie, est le résultat des diverses opérations d’ensemencement en alevins, notamment de carpe, de barbeau et de carassin, est-il noté, et qui rendent Mila éligible pour devenir un pôle régional de la pêche continentale.
Des sessions de formation à la pêche continentale ont été organisées pour développer l’activité sur ce barrage qui peut accueillir jusqu’à 15 exploitants par année, a assuré la même source.
En 2021, la production de la pêche continentale a atteint 82 tonnes dans la wilaya de Mila, dont 72 tonnes pêchées sur le barrage de Béni Haroun, a précisé M. Belhayen qui a assuré que les actions se poursuivent pour valoriser ses ressources. Cette valorisation devra se concrétiser avec la mise en exploitation du Centre de la pêche continentale réalisé dans la région de Ferdoua à Sidi Merouane qui, après son équipement, permettra d’organiser cette activité et attirer des pêcheurs de la wilaya de Mila et d’autres régions.
H. N.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img