18.9 C
Alger
mercredi 28 septembre 2022

BAC 2021/Début demain des épreuves pour plus de 730 000 candidats : Des peines allant jusqu’à 15 ans de prison pour les tricheurs

Demain, 731 723 candidats vont rejoindre 2 528 centres d’examen au niveau national pour passer les épreuves du baccalauréat/session 2021. Cet examen durera cinq jours (du 20 au 24 juin) et les résultats seront annoncés le 22 juillet.

Par Thinhinene Khouchi

Le jour J est enfin arrivé pour les candidats au baccalauréat. Après les examens de la 5e année primaire et du BEM, vient le tour du baccalauréat. Demain, 731 723 candidats sont attendus dans les 2 528 centres d’examen au niveau national. Selon l’Office national des examens et concours (Onec), le nombre global des candidats concerne 459 545 candidats scolarisés (180 833 garçons et 278 712 filles) et 272 178 candidats libres. Les copies seront compostées au niveau de 18 centres de regroupement et compostage avant de les répartir sur 87 centres de correction. Les centres de correction ouvriront leurs portes à partir du 1er juillet jusqu’au 19, ajoute l’Onec et un seul centre national sera mobilisé pour l’annonce des résultats. En outre, selon le ministère de la Justice, «5 084 détenus se présenteront aux épreuves du baccalauréat 2021 à partir de dimanche prochain, soit une hausse de 59 % par rapport à la précédente session». En effet, conformément aux instructions du ministre de la Justice, garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, le directeur général de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion, Saïd Zreb, donnera le coup d’envoi des épreuves du baccalauréat (session juin 2021) pour les détenus des établissements pénitentiaires à partir de l’établissement de rééducation de Batna (Hamla). Il s’agit de 4 977 détenus et de 107 détenues répartis à travers 47 établissements pénitentiaires agréés par le ministère de l’Education nationale comme centres d’examen. Supervisées par l’Office national des examens et concours (Onec), les épreuves de cet examen seront encadrées par des enseignants du secteur de l’Education, conformément aux dispositions de la convention conclue entre les ministères de la Justice et de l’Education nationale. Durant l’année 2020-2021, «un total de 35 922 détenus ont poursuivi des études dans différents cycles, dont 28 917 ayant suivi des cours à distance, 52 dans l’enseignement supérieur et 6 953 dans l’alphabétisation». Les candidats ont suivi des cours de soutien sous la supervision de 1 061 encadreurs, en préparation des examens de fin d’année. «Les détenus ont passé, pour la première fois au niveau des établissements pénitentiaires, leurs devoirs sur PC au lieu de la méthode d’écriture classique, et avec l’utilisation de l’intranet du ministère et l’accompagnement et le soutien des services compétents de l’Office national d’enseignement et de formation à distance (Onefd)». Par ailleurs, concernant les sanctions encourues dans les atteintes aux examens du baccalauréat, le procureur général adjoint de la cour de justice, Mefkes Noureddine, a indiqué, lors d’une conférence de presse organisée jeudi au siège de la cour de justice de Saïda, que les crimes d’atteinte aux examens du baccalauréat concernent les affaires de fuite et de diffusion des sujets ainsi que les réponses divulguées avant et pendant la tenue de l’examen du baccalauréat, ajoutant que les crimes prévus par l’article 253 de la loi 06/20 du 28 avril 2020 concernent les actes de fraude pour lesquels sont utilisés les différents moyens écrits, les réseaux sociaux et les appareils électroniques. La durée de la peine encourue par les personnes perpétrant ces actes oscille entre un à 15 ans de prison ferme et les amendes sont d’un million à 500 000 dinars, a souligné l’intervenant. Mefkes a également fait allusion aux sanctions alourdies comprises dans le même article 8 bis, allant de 7 à 15 ans de prison ferme pour toute personne chargée de préparer, d’organiser et d’encadrer l’examen du baccalauréat, commettant des actes relatifs aux fuites des sujets et des réponses avant ou durant le concours, par l’utilisation de différents moyens de communication à distance. Le procureur général adjoint Mefkes Noureddine a indiqué que ces peines, prévues par la loi 06/20 du 28 avril 2020, visent à protéger l’examen du baccalauréat et préserver sa crédibilité. Enfin, il est à rappeler que les résultats de cet examen seront annoncés le 22 juillet. A noter que le taux de réussite du Bac/session 2020 avait atteint 55,30 %.
T. K.

Article récent

Le 28 Septembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img