22.9 C
Alger
lundi 8 août 2022

Aveu

Il y a un mois, en marge de la finale de la Champion League en Seine-Saint-Denis en région parisienne, des dizaines d’incidents avaient provoqué un chaos total, mettant les autorités françaises en difficulté. Pourtant, du côté du gouvernement, alors fraîchement nommé par le président réélu Emmanuel Macron, la responsabilité de la situation au soir de la finale était dûe aux supporters anglais venus soutenir leur équipe de Liverpool. Surtout, selon le gouvernement, ce sont des citoyens britanniques munis de faux billets qui ont semé la terreur. Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, n’hésitant alors pas à avancer le chiffre ubuesque de 40 000 faux billets en circulation dans la soirée du 28 mai. Une thèse rapidement attaquée sur les réseaux sociaux où des centaines de vidéos circulent, mettant à mal les explications du gouvernement. Aujourd’hui, un mois après la finale de la Ligue des champions, le ministre de l’Intérieur est revenu sur les graves incidents survenus à Saint-Denis. Alors qu’un sondage publié cette semaine révèle que «59 % des Français n’ont pas confiance dans l’actuel gouvernement pour assurer la sécurité lors de la Coupe du monde de rugby en 2023 et des Jeux olympiques en 2024», Gérald Darmanin a présenté ses excuses aux spectateurs victimes de la mauvaise organisation et des agressions survenues en marge de la finale de la Ligue des champions le 28 mai dernier. «Est-ce que le Stade de France aurait dû être mieux géré ? La réponse est oui. Est-ce que j’en ai une part de responsabilité ? La réponse est oui», a indiqué au micro de RTL le ministre de l’Intérieur avant de faire un petit lapsus en présentant ses excuses «contre» les supporters de Liverpool et du Real Madrid. «Je m’excuse bien volontiers contre tous ceux qui ont subi cette mauvaise gestion», a-t-il déclaré avant d’appuyer sur le fait qu’il n’y a eu «aucune difficulté» lors des trois rencontres de l’équipe de France qui ont suivi, pour lesquelles l’organisation de la préfecture de police a été changée «profondément». «J’ai changé l’organisation, j’ai doublé les moyens qui manquaient, sans doute, pour lutter contre la délinquance, car s’il y a quelque chose qui s’est mal passé au Stade de France, c’est la lutte contre la délinquance», a-t-il ajouté, tout en repoussant l’idée d’une «punition ad hominem» contre Didier Lallement. «Le préfet de police a fait son travail ce soir-là. Mais il est certain qu’on a un changement d’organisation à faire». Mais l’aveu de Darmanin cette semaine prouve surtout que le gouvernement était prêt à tout pour éviter tout scandale à la veille des élections législatives, alors que les sondages donnaient la coalition présidentielle au coude à coude avec la coalition de la gauche. Néanmoins, la reconnaissance tardive de la responsabilité du ministre de l’Intérieur est surtout superflue, peu ont cru à la version officielle, puisque beaucoup de témoins et de vidéos la contredisaient.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img