31.9 C
Alger
dimanche 14 août 2022

Avenir

Longtemps présagée puis attendue, la candidature d’Anne Hidalgo à la présidentielle de 2022 est désromais officielle. Après plusieurs mois de rumeurs et de déplacements politiques ressemblant à une précampagne électorale, la maire socialiste de Paris a confirmé son intention de briguer l’Élysée, ce dimanche. Elle a rendu visite à Nicolas Mayer-Rossignol, maire PS de Rouen, et a donné le coup d’envoi de sa campagne électorale depuis les docks de cette ville préfecture de la Seine-Maritime mettant en avant son ambition de rassembler la gauche et focaliser les débats sur les thèmes centraux qu’elle défend. Anne Hidalgo n’a pas choisi les docks de Rouen au hasard. La transition écologique, qu’elle défend au quotidien à Paris, est un axe majeur dans sa campagne électorale. Un site comme celui-ci était donc idéal pour promouvoir la reconversion industrielle. La maire socialiste de la capitale a l’intention de défendre tous ses autres chevaux de bataille (le droit des femmes, la mise en valeur des classes moyennes et populaires, les inégalités sociales, l’emploi, l’école…) à l’échelle de la France. «Je veux que tous les enfants de France aient la même chance que celle qui m’a été donnée», a affirmé la maire de Paris, qui a rappelé ses origines espagnoles et avoir choisi la nationalité française à 14 ans. «Je suis candidate pour offrir un avenir à nos enfants. À tous nos enfants», a-t-elle insisté. Sa déclaration intervient trois jours avant la sortie de son livre Une femme française, où elle dévoile quelques-unes de ses priorités. Si elle est élue présidente au printemps 2022, Anne Hidalgo a l’intention de mettre son quinquennat aux services des «invisibles», les soignants, les caissières, les enseignants, qui «font marcher la société» au quotidien, comme elle l’écrit dans son livre, et qui ont permis à la France de tenir le coup tout le long de la crise sanitaire. Lors de son discours, Anne Hidalgo n’a pas hésité à attaquer directement Emmanuel Macron, lui reprochant d’avoir trahi ses promesses électorales de 2017. «Le quinquennat qui s’achève devait unir les Français, il les a divisés comme jamais. Il devait régler des problèmes sociaux, il les a aggravés. Il devait protéger notre planète, il a tourné le dos à l’écologie», a-t-elle tancé. «Nous devons réinventer notre modèle français fragilisé par ces crises multiples», sanitaires, climatiques, a déclaré la candidate, affirmant vouloir rétablir «le respect» et l’unité du pays. Elle a ajouté vouloir «commencer par mettre fin au mépris, à l’arrogance, au dédain, à la condescendance de ceux qui connaissent si mal nos vies, mais décident loin de nous, de tout, tout le temps, sans nous», décidée à se détacher de l’image parisianiste que lui collent ses opposants. D’ailleurs, poignée d’entre eux, bloqués derrière des barrières à quelques centaines de mètres, se sont fait entendre pendant son discours en brandissant une pancarte «Paris aujourd’hui, demain la France. Stop au saccage», en référence à la campagne à Paris dénonçant les travaux dans la capitale. La candidature d’Anne Hidalgo est ainsi une opportunité pour le parti socialiste de mettre en avant l’une de ses personnalités les plus importantes, l’une des rares à avoir résisté à l’appel de la nouveauté que représentait Emmanuel Macron en 2016-2017. Surtout une candidature d’Hidalgo signifie que le PS n’aura pas a s’effacer, piteusement, au profit des écologiste en 2022, comme il l’avait annoncé il y a une année faute alors de candidats socialistes crédibles et pourra comme il le fait depuis près d’un demi-siècle, présenter son pro-pre candidat à la course à l’Élysée.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img