15.9 C
Alger
lundi 20 mai 2024

Avec une nette augmentation des décès par rapport à 2022: Les bilans des noyades s’alourdissent chaque semaine

Si la moyenne des décès par noyade était de 22 personnes par semaine l’année dernière, cette année elle a connu une augmentation alarmante. En effet, selon les services de la Protection civile, 40 décès par noyade ont été enregistrés au niveau des plages et des réserves d’eau en une semaine.

Par Thinhinane Khouchi

Que se passe-t-il au niveau de nos plages ? Pourquoi autant de morts par noyade cette année ? Les deux derniers bilans de la Protection civile laissent entrevoir une augmentation du bilan des noyades cette saison estivale par rapport à celle de l’année dernière. En effet, en deux semaines seulement, 77 cas de noyade ont été enregistrés. Selon les services de la Protection civile, «37 cas de noyade ont été enregistrés du 14 au 20 juillet et 40 durant la période s’étalant du 20 juillet à la matinée du 27 juillet». Le chargé de l’information à la Direction générale de la Protection civile, le lieutenant Youcef Abdat, a indiqué qu’«avec le début de chaque été et la hausse des températures, le phénomène de noyade est assurément constaté dans divers plans d’eau : plages, barrages, puits, bassins et lacs». Les services de la Protection civile ont enregistré 40 cas de décès par noyade, dont 34 au niveau des plages et 6 au niveau des réserves d’eau, ajoutant que «22 cas ont été enregistrés au niveau des plages interdites à la baignade, le reste dans des plages autorisées à la baignade mais dont la couleur du drapeau était rouge (baignade interdite)». A cet effet, la Protection civile appelle les citoyens «à éviter la baignade dans les plages interdites et les réserves d’eau, et au respect des consignes et mesures de sécurité au niveau des plages surveillées». La raison principale de ces accidents, selon Abdat, est «l’imprudence et la nage dans des lieux interdits à la baignade, à savoir : les plages non surveillées, les plans d’eau, ou les bassins, où la baignade représente une mort certaine, outre les maladies que les nageurs peuvent encourir». Par manque de visibilité, les nageurs dans les plans d’eau peuvent se blesser, a-t-il soutenu, indiquant que les services de la PC sont intervenus pour secourir de pareils cas, et assurant que la nage dans des plages interdites à la baignade et le saut du haut des rochers constituent de véritables dangers et un comportement imprudent qui fait plusieurs victimes. Il est à noter que les bilans de la Protection civile rendus publics depuis le début de l’année estivale laissent entrevoir une augmentation du bilan des noyades par rapport à l’année dernière. En effet , en trois mois, les services de la Protection civile ont enregistré, entre le 16 juin et le 15 septembre de l’année dernière, 264 décès par noyade, soit une moyenne de 22 personnes par semaine, ce qui montre une nette augmentation du nombre des noyades cette année. Dans l’objectif de faire éviter le danger des noyades aux citoyens, un dispositif spécial a été déployé au niveau des plages surveillées à travers 14 wilayas côtières, regroupant des agents, des plongeurs, des conducteurs de bateaux pneumatiques ainsi que des médecins au niveau des centres d’oxygénothérapie à haut débit. La DGPC a lancé, depuis le 7 mai dernier en tant que mesure anticipative, des campagnes de sensibilisation aux différents dangers liés à la saison estivale, tels que les incendies de forêt, la baignade dans les plans d’eau, les intoxications alimentaires et les piqûres de scorpion, et ce, au niveau de toutes les wilayas du pays.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img