20.9 C
Alger
samedi 25 juin 2022

Avec 2 488 cas de coronavirus: Le Maroc enregistre son bilan de contamination le plus lourd

Le Maroc a recensé jeudi 28 décès et 2 488 contaminations dus au coronavirus, soit le taux de contamination le plus élevé dans le royaume depuis le début de la pandémie. Le ministère marocain de la Santé a indiqué, dans un communiqué, que 1 962 guérisons ont été enregistrées. Il a ajouté que le bilan s’est élevé à 94 504 cas dont 1 714 décès et 74 930 guérisons. Le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a déclaré que «la situation dans le pays est préoccupante, mais qu’elle n’a pas atteint un niveau chaotique.
Les équipes de santé déploient des efforts et œuvrent à contenir la propagation du coronavirus». Il a souligné dans un discours devant la Chambre des représentants (la première chambre du parlement) que «la situation épidémiologique dans le pays s’est aggravée après l’entrée dans la deuxième phase de levée des restrictions de quarantaine, ce qui nécessite la fermeture de 8 grandes villes». Le 9 septembre, le gouvernement a prolongé d’un mois l’état d’urgence, jusqu’au 10 octobre 2020, pour contrer l’épidémie de coronavirus. Il s’agit de la sixième prolongation de l’urgence sanitaire depuis qu’elle a été imposée pour la première fois le 20 mars pour endiguer la propagation du coronavirus.

Hausse des importations céréalières de 51 % à fin août
Les importations marocaines en céréales ont atteint 6,7 millions de tonnes au terme des huit premiers mois de l’année 2020, en hausse de 51,1 % par rapport à la même période de l’année précédente, selon l’Agence nationale des ports (ANP). L’analyse de la répartition de ce trafic par port fait ressortir une forte concentration de cette activité au port de Casablanca avec 3,8 millions de tonnes, représentant environ 56,4 % du trafic global des céréales, indique la même source dans sa note de synthèse, qui fait état d’une hausse globale des importations céréalières dans les ports de Casablanca (+38,1%), Agadir (+64,1 %) et Nador (+286 %). Pour sa part, le trafic des phosphates et dérivés a atteint, à fin août 2020, un volume d’environ 24,2 millions de tonnes, enregistrant une hausse de
12,3 %, fait savoir l’ANP, notant que cette progression est due principalement au fort rebond des exportations des engrais (+30,9 %) et des trafics du soufre (+21,1 %) et de l’ammoniac (+23,3 %).
Quant au trafic global des hydrocarbures, il s’est chiffré à 6,3 millions de tonnes à fin août 2020, marquant ainsi une baisse de 10,5 % par rapport à la même période de l’année écoulée, ajoute la même source.

Ryma M./Agences

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img