4.9 C
Alger
jeudi 25 avril 2024

Avance

Les élections européennes seront en France un test pour le Rassemblement National qui espère réussir en 2027 a s’imposer à l’Élysée. En 2014, alors encore nommé le Front national, le parti de Marine Le Pen remportait lors du scrutin des européennes sa première victoire électorale, ouvrant la voie à de nombreux autres succès dans les urnes. En 2019, une nouvelle victoire du RN prouvait que le mouvement pouvait compter sur ses électeurs qui se déplacent toujours malgré les forts taux d’abstention pour soutenir le parti patriote. Et tout semble indiquer que le RN sera une nouvelle fois victorieux en juin 2024, alors que le parti présidentiel est lui loin derrière dans les sondages. Dans la nouvelle enquête réalisée par Elabe pour La Tribune Dimanche, la majorité présidentielle est créditée de 16,5 % des suffrages exprimés. Elle accuse désormais 11 points de retard sur la liste du Rassemblement National, conduite par Jordan Bardella, qui est donnée à 27,5 %. Il y a un mois, la Macronie était à 18 %. Malgré le remplacement d’Elisabeth Borne par Gabriel Attal et le virage à droite pris par l’appareil gouvernemental, le camp d’Emmanuel Macron poursuit sa dégringolade et voit apparaître les prémisses d’une défaite mémorable. «On voit un effritement de plus en plus net du socle macroniste», constate Bernard Sananes, président de l’institut Elabe. A date, la liste de la majorité ne recueille que 57 % d’intentions de vote chez les électeurs qui ont glissé un bulletin Macron en 2022. «Ce défaut de fidélisation touche l’un des principaux segments sur lesquels s’appuie le chef de l’Etat, à savoir les retraités. En janvier, 23 % des sondés âgés de plus de 65 ans accordaient leur soutien à la liste Renaissance, contre 19 % pour le RN. Un mois plus tard, le rapport s’est inversé : 25 % disent vouloir voter macroniste, 26 % lorgnent le frontisme. Les cadres supérieurs sont la seule catégorie où le camp présidentiel dispose d’une nette avance (24 %) sur ses concurrents. Au Rassemblement National, malgré la perte de 1 point par rapport à janvier, la fidélité du socle joue à plein : dans ce sondage, 85 % des électeurs de Marine Le Pen disent vouloir voter pour la liste Bardella. Le RN récupèrerait, au passage, près de la moitié (48 %) des Français qui ont soutenu Eric Zemmour à la dernière élection présidentielle. D’où la volonté de Reconquête, à 5% depuis plusieurs mois, de viser en premier lieu Les Républicains, dont le candidat François-Xavier Bellamy est donné à 8 %. A cette aune, droite traditionelle et droite nationaliste vont surveiller de près le choix que fera Nicolas Dupont-Aignan, qui pourrait ne pas participer au scrutin faute de financements suffisants, dont les 3 % représenteraient un apport décisif. Le président de l’institut Elabe rappelle par ailleurs que les Français sont encore loin de se projeter dans le scrutin du 9 juin : parmi les sondés, seuls 47 % se disent «intéressés» par cette perspective. Le RN devrait ainsi étoffer sa présence au Parlement européen et préparer avec une nouvelle victoire sa campagne présidentielle en 2027. Ce parti, raillé par le reste de la classe politique il y a quinze ans pour son absence d’expérience et son absence des institutions étatiques, a réussi en à peine plus d’une décénnie à remédier à la majorité de ses points faibles. Reste à voir si les Français seront capables de lui confier les clefs de l’Élysée à la suite de la prochaine présidentielle, ou s’il faudra plus de temps au RN pour gagner la confiance des électeurs pour un enjeu aussi décisif.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img