Accueil 

11/08/2020
 
 


Caricature


Archives


Contact

LE JOUR D'ALGERIE
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V   Alger-Centre
Tél. standard : 021.78.14.16  Fax : 021.78.14.15
e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 

MC Oran
Les Hamraoua à la croisée des chemins



La Société sportive par actions (SSPA) du MC Oran, club de Ligue 1 de football, a prévu de tenir lundi son assemblée générale tant attendue. Un rendez-vous crucial, sur lequel sont braqués tous les regards des sportifs dans la capitale de l'Ouest du pays en raison de la situation "spéciale" et sans précédent que connaît le club depuis juin 2019, soit depuis que l'ex-patron du Mouloudia, Ahmed Belhadj a été «poussé» vers la sortie après cinq ans de règne, estiment les observateurs. L'enjeu de cette assemblée générale est de taille, insistent les proches du club, espérant qu'elle va baliser le chemin à la réorganisation et l'assainissement de la SSPA de manière à permettre au club de répondre d'abord aux exigences de la Direction nationale de contrôle de gestion et de finances pour qu'il ne soit pas privé la saison prochaine de la licence professionnelle. L'autre objectif assigné à cette assemblée, dont la préparation a nécessité l'implication des autorités de wilaya pour rassembler les ingrédients de sa réussite, est d'élire un nouveau président, ainsi qu'un nouveau conseil d'administration en vue d'engager des pourparlers avec un éventuel repreneur de la SSPA, indique-t-on dans les milieux proches des actionnaires au nombre de 19. Il faut dire que les candidats à la présidence du club ne se bousculent pas au portillon, au moment où les deux principaux actionnaires, en l'occurrence Ahmed Belhadj et Youcef Djebbari, ont tous les deux écarté toute idée de briguer le poste, sans doute pour ne pas «froisser» davantage les supporters qui revendiquent l'affiliation du club à une entreprise publique. Une revendication pour laquelle milite l'ancien international, Si Tahar Cherif El Ouezzani, qui a hérité de la lourde mission de gérer le MCO sur le double plan administratif et technique au cours de la précédente saison, pendant laquelle il a occupé le poste de directeur général. Cette responsabilité ne lui a pas pourtant servi pour avoir le feu vert des actionnaires afin de prendre part à leur assemblée générale. A défaut d'assister à ce fatidique rendez-vous, le champion d'Afrique avec la sélection algérienne en 1990 a recouru aux réseaux sociaux pour publier le bilan de sa gestion financière du club tout au long de l'exercice 2019-2020, une manière pour lui de répondre aux critiques dont il a fait l'objet de certains actionnaires, tout en exhortant les anciens présidents à en faire de même «dans la transparence la plus totale». S'étant tout le temps présentés à leurs précédentes rares assemblées générales en rangs dispersés, les membres de cette instance sont censés déroger à la règle lors de leur conclave d’hier. Leur club, qui n'a plus goûté à la joie des consécrations depuis 1996, est à la croisée des chemins, les obligeant à faire passer son intérêt avant le leur, insistent les amoureux de cette formation qui voient les saisons passer et se ressembler.
 

 

<<--Article précédent          Article suivant-->>


 

 

 Partagez sur Facebook Twitter Google