Accueil 

01/06/2020
 
 


Caricature


Archives


Contact

LE JOUR D'ALGERIE
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V   Alger-Centre
Tél. standard : 021.78.14.16  Fax : 021.78.14.15
e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 

Ils ont observé un sit-in devant le siège de la wilaya à Béjaïa
Les commerçants et artisans réclament la réouverture de leurs magasins



Les commerçants et artisans de la wilaya de Béjaïa sont en colère. Pour le faire savoir, ils ont observé hier un grand rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya. Le mouvement a réuni plusieurs centaines de commerçants représentant diverses activités. Au cours de cette action, les contestataires ont exprimé leur inquiétude par rapport à la faillite dans laquelle ils se trouvent et surtout leur situation socio-économique qui a pris un grand coup suite à la fermeture de leurs magasins depuis près de trois mois, soit depuis le 14 mars dernier, dans le cadre du plan de la lutte contre la pandémie de coronavirus. Les mécontents ont instamment revendiqué la réouverture, dans les plus brefs délais, de leurs commerces, artisanat et services, afin de maintenir les emplois, protéger leurs entreprises et nourrir leurs familles. Certains intervenants estiment qu’«il est insupportable économiquement et socialement de poursuivre la fermeture de leurs magasins au point où ils en sont», estimant, par ailleurs, que «la repise des activités économiques et commerciales ne contredit ni la mesure du confinement ni le respect des mesures de prévention». Ces commerçants, affiliés au différents syndicats dont l’Ugcaa, estiment qu’«une ouverture des commerces est impérieuse dans le cadre du respect des normes sanitaires telles qu’exigées par la loi». Certains commerçants n’ont pas hésité à exprimer leur désarroi face à la situation sociale difficile qu’ils traversent, notamment leur endettement et la mise au chômage forcée de leurs employés. D’autres protestataires ont exprimé leurs inquiétudes quant au devenir de leurs activités commerciales après les pertes financières subies, dues à la décision de fermeture prise par les autorités afin d’éviter la propagation du Covid-19. «On ne peut plus supporter toutes les charges, notamment les loyers, le fisc, électricité et autres», font savoir plusieurs commerçants. Les protestataires ont menacé, au cours du rassemblement, de rouvrir leurs magasins si les autorités ne veulent pas étudier une reprise. «Aneldi aneldi» (on ouvre on ouvre), scandaient-ils à tue-tête avant que certains  ne commencent à scander des slogans du mouvement populaire (Hirak). Une délégation de commerçants a été reçue par les autorités locales, a-t-on appris. Pour rappel, une délégation du syndicat des commerçants et artisans de la wilaya de Béjaïa avait été reçue le 12 mai dernier, en marge d’un sit-in devant le siège de la wilaya de Béjaïa. Des propositions avaient été faites aux autorités lors d’une rencontre afin de permettre le retour des commerçants et artisans à leurs activités et éviter une autre crise. C’est qu’a déclaré hier, Abelkader Boucherit, responsable syndical au niveau national à l’Union générale algérienne des commerçants et artisans (Ugcaa). Joint dans l’après-midi, M. Boucherit était toujours en réunion avec les autorités et il lui a été permis de nous communiquer les décisions prises. Pour sa part, Samir Mamasse, responsable à l’Ugcaa à Béjaïa, a lui aussi revendiqué la réouverture des commerces, faisant part de la situation sociale très délicate et les pertes subies par les commerçants qui risquent de mettre la clé sous la porte s’ils n’ouvrent pas leurs magasins dans les plus brefs délais. Par ailleurs, nous avons appris qu’un autre rassemblement est prévu ce mardi (demain) devant le siège de la wilaya. Cette fois-ci, il s’agit des transporteurs de voyageurs, les taxieurs et les propriétaires d’auto-écoles qui comptent protester contre leur situation socio-économique et revendiquer à leur tour la reprise de leurs activités.

Lutte contre le coronavirus : 60 000 masques distribués aux hôpitaux
La distribution de masques faciaux de protection aux citoyens, entreprises, administrations et aux personnels hospitaliers, continue à Béjaïa.
Une vaste campagne de distribution de cet accessoire, des produits désinfectants et d’autres accessoires de protection est menée depuis quelques jours par plusieurs acteurs dont le FCE, le mouvement associatif et quelques entreprises, afin d’éviter la contagion à grande échelle de la pandémie de coronavirus.
C’est ainsi que l’association (ADSIHW Béjaïa) pour handicapés a fabriqué plusieurs milliers de bavettes qu’elle a proposées à la vente au prix symbolique de 35 DA l’unité.
Hier, le Forum des chefs d’entreprise de la wilaya de Béjaïa a distribué, au niveau de son siège et en présence du président de l’APW de Béjaïa M’henni Haddadou, 60 000 masques chirurgicaux stérilisés, 1 200 camisoles, 1 000 visières,
100 000 gants chirurgicaux, des produits désinfectants : 2 000 litres de savon, 4 000 litres d’eau de Javel.
Les établissements hospitaliers concernés par ces dons sont les EPH d’Akbou, Sidi-Aïch, Amizour, Kherrata, Amizour, Aoaks et Béjaïa et les EPSP de Seddouk, Tazmalt, El-Kseur, Béjaïa, Seddouk, Kherrata, Aokas, entre autres. Leurs représentants étaient sur les lieux. Merad Mesbah a rappelé les nombreuses opérations de solidarités menées depuis le début de la pandémie et la contribution du FCE dans le cadre du plan de lutte contre le Covid-19.  
Le FCE de Béjaïa a contribué par un don en tissus. Il a offert du tissu pour la confection de 80 000 bavettes lavables : 55 000 pour la formation professionnelle et 33 000 pour l’entreprise Alcoste.
Le président du bureau de wilaya du FCE a souligné hier que «plus de 350 000 masques, en tissu ou en masques, ont été gratuitement distribués au profit des centres de formation de la wilaya et à l’entreprise du textile Alcoste depuis le début de l’apparition de la pandémie grâce à la contribution des entreprises de la wilaya. Aussi, 60 téléphones portables équipés de puces et d’abonnements ont été offerts aux hôpitaux afin de permettre la fluidité de l’information par rapport aux citoyens et aux praticiens, souligne-t-on.

Hocine Cherfa

 

<<--Article précédent          Article suivant-->>


 

 

 Partagez sur Facebook Twitter Google