Accueil 

11/08/2020
 
 


Caricature


Archives


Contact

LE JOUR D'ALGERIE
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V   Alger-Centre
Tél. standard : 021.78.14.16  Fax : 021.78.14.15
e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 

«Allo Chorta»
Le téléphone portable, une arme contre la criminalité


Désormais, tout un chacun peut se servir de son téléphone pour lutter contre la criminalité en photographiant puis envoyant la photo ou la vidéo aux services de police qui peuvent ainsi intervenir efficacement pour protéger les personnes et les biens de chacun et ainsi incarcérer les criminels .

 

Par Thinhinene Khouchi

 Le téléphone mobile est probablement aujourd'hui la source d'indices la plus importante et la plus fiable qui puisse exister. En effet, vu le nombre de crimes vol, harcèlement, bagarre avec des armes et autre crimes encore «qui ne cessent de se multiplier de jour en jour, le citoyen doit jouer un rôle efficace dans la « dénonciation» et le «signalement» des actes criminels qui se déroulent dans son entourage. Certain citoyens ont déjà commencé à publier des photos de voleurs sur les réseaux sociaux, ce qui a facilité aux services de police l'arrestation de ces derniers. A cet effet, la direction générale de la Sûreté nationale (Dgsn) a appelé les citoyens à dénoncer d'avantage, par photos et vidéos, tout crime via l'application mobile « Allo Chorta» qui permet aux services de police d'intervenir efficacement pour protéger les personnes et les biens, a indiqué dans un communiqué la Dgsn, assurant que «grâce à l'application «Allo Chorta», les citoyens peuvent envoyer des photos d'accidents de la route ou des comportements criminels vers la banque de traitement des données de la Dgsn, permettant ainsi aux services de police d'intervenir efficacement pour protéger les personnes et les biens. Les citoyens peuvent prendre connaissance de cette application sur le site Web de la Dgsn et ses pages sur les réseaux sociaux, a ajouté la même source. Pour rappel, un total de 56 530 affaires pénales ont été traitées par les services de police tout au long du second trimestre de l'année en cours, a indiqué la Dgsn. En effet, dans un bilan relatif à la lutte contre la criminalité, «les services de la Dgsn ont enregistré, dans leur territoire de compétence, quelque 56 530 affaires dans lesquelles ont été impliqués 55 074 mis en cause, lors du second trimestre de 2020. Des affaires traitées grâce à des ressources humaines spécialisées et aux nouvelles techniques exploitées dans la recherche pénale». Les atteintes aux personnes prédominent avec 18 447 affaires, suivies des atteintes aux biens avec 15 335, puis 10 677 autres liées au trafic illicite de drogue, et 6 565 liées aux atteintes aux objets publics. Les mêmes services ont également enregistré 3 241 affaires liées aux infractions économiques et financières, 1 546 liées aux crimes cybernétiques et 719 autres ayant trait aux mœurs publiques, ajoute la même source. A ce propos, le chef de la cellule de la communication et de la presse, le commissaire divisionnaire, Laroum Amar avait précisé que les résultats enregistrés «reflètent l'anticipation des services de police et leur déterminante lutte contre toute forme de criminalité, parallèlement aux efforts déployés dans l'application des mesures préventives pour endiguer l'expansion de la Covid-19 et lutter contre la spéculation».
 

 

<<--Article précédent          Article suivant-->>


 

 

 Partagez sur Facebook Twitter Google