Accueil 

09/07/2020
 
 


Caricature


Archives


Contact

LE JOUR D'ALGERIE
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V   Alger-Centre
Tél. standard : 021.78.14.16  Fax : 021.78.14.15
e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 

FFS
Un congrès extraordinaire pour sortir de la crise


Le Front des forces socialistes (FFS) tiendra, demain à Zeralda, son congrès extraordinaire. Le plus vieux parti de l'opposition en Algérie se choisira une nouvelle direction, après une crise interne et des tractations qui durent depuis plusieurs mois.

 

Par Aomar Fekrache

Deux listes, composées de cinq membres chacune, se disputeront l’instance présidentielle du parti. La première, chapeautée par l’actuel Premier secrétaire national, Hakim Belahcel, comporte aussi Brahim Meziani, Soufiane Chioukh, Hadji M’hammed et Noura Touahri. La seconde, à sa tête Ali Djedai, est composée de Ikhelef Bouaiche, Noureddine Berkaine, Semmache Kamal et Nadia Idehhadène. Déposées dimanche dernier, la commission nationale de préparation du congrès extraordinaire a statué, avant-hier, sur ces listes fermées. Au-delà de ce rendez-vous électoral, le parti de feu Hocine Ait Ahmed est appelé à tourner une page et unir ses rangs, afin de pouvoir peser sur l’échiquier politique. Depuis le décès de Ait Ahmed, le FFS est traversé par des tiraillements internes, le rendant moins visible et peu entreprenant sur la scène politique nationale. Faut-il préciser qu’à la veille de ce congrès extraordinaire, le consensus sur l’organisation de ce rendez-vous faisait encore défaut. Ali Laskri, bien que visiblement en minorité, a annoncé son boycott. Pourtant, il était pressenti piloter une liste pour briguer l’instance présidentielle du parti. Dans une lettre adressée aux militants, Laskri a évoqué «une rencontre de mise en conformité et de normalisation du parti». «Je vous informe que ma présence sera contraire à toutes mes prises de position politique et contraire aux revendications du FFS depuis l’indépendance et du mouvement révolutionnaire pacifique depuis le 22 février 2019. C’est aussi cautionner la démarche non statutaire et l’absence de conditions de préparation qui ne sont pas réunies en cette période de crise sanitaire» a-t-il expliqué. Ainsi, son absence est pour le moins symptomatique du climat délétère prévalant encore au sein de cette formation. En fait, l’on croit savoir que la participation à la préparation de ce congrès extraordinaire de députés non démissionnaires de l’APN n’était pas du goût de certains militants dont Ali Laskri. Ce dernier, indiquent différentes sources, a été lâché par ses pairs qui ont opté pour Ali Djedai. L’instabilité que connaît le Front des forces socialistes devrait être un sérieux handicap pour l’action politique de l’équipe qui sera élue demain. Faut-il rappeler que l’option d’aller vers ce congrès extraordinaire n’était possible qu’après la démission de trois membres de l’instance présidentielle en février dernier, à savoir Mohand Amokrane Cherifi, Soufiane Chouikh et Brahim Meziani. Si l’évènement de demain est l’occasion de resserrer les rangs en attendant le congrès ordinaire, les tractations ne devraient pas cesser au grand dam des militants de base dont le seul souci et de voir le parti remis sur rail. Sur le plan organisationnel, le nombre des congressistes qui devraient être présents à Zeralda est de 800 seulement, en raison de la crise sanitaire que connaît le pays.


A. F.

 

<<--Article précédent          Article suivant-->>


 

 

 Partagez sur Facebook Twitter Google