24.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Au moins 5 000 DA pour la liste du ministère de l’Education: Articles scolaires, l’autre saignée des parents

Si la date de la rentrée scolaire reste à ce jour incertaine, la liste des fournitures, quant à elle, a été divulguée par le département de Belabed. Aux premiers avis, elle coûterait, selon les libraires et les parents d’élèves, pas moins de 5 000 DA, sans compter les livres, le cartable, le tenue de sport, le tablier…

Par Thinhinane Khouchi

«La liste de Belabed coûte trop cher», selon les parents qui commencent déjà à faire leurs achats. En effet, dévoilée le 16 août dernier, plusieurs parents armés de cette fameuse liste font le tour des marchés et des librairies afin d’acheter les articles scolaires exigés par le ministère de l’Education nationale à moindre prix. Malheureusement, c’est mission impossible, car les prix sont trop élevés. Pas moins de 5 000 DA à débourser pour cette liste, et ce, sans compter le cartable qui coûte entre 2 500 et 7 000 DA, le tablier commercialisé entre 1 500 da et 5 000 DA, les livres scolaires, la tenue de sport et les vêtements pour la rentrée. Selon le père de trois enfants, rencontré hier dans une librairie à Alger-Centre, «les prix sont trop élevés. J’ai trois enfants, deux scolarisés au cycle primaire et un au lycée. J’ai acheté les livres pour les trois. Cela m’a coûté 9 000 DA, les cartables 6 000 DA et les tabliers 5 000 DA. Je n’ai pas encore touché à la liste des articles scolaires ni aux tenues de sports ni aux vêtements !». Ce parent se demande comment faire pour acheter ce qu’il faut sans avoir à s’endetter. A ce propos, afin d’alléger les dépenses, «58 points de vente d’articles scolaires à des prix abordables ont été ouverts à travers le pays en prévision de la rentrée scolaire 2023 en Algérie», avait indiqué jeudi dernier Mohamed Louhaidia, directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère du Commerce et de la Promotion des exportations. Il a également indiqué que les prix des fournitures y sont très abordables. Dans le détail, le responsable a expliqué que cette démarche vise à permettre aux parents d’élèves d’avoir accès aux fournitures scolaires à des prix raisonnables. Il a souligné que le ministère du Commerce se joindra au ministère de l’Education afin d’assurer la réussite de l’opération de vente des articles et manuels scolaires. Par ailleurs, le même intervenant a assuré qu’une opération de contrôle des engagements des revendeurs s’assurera de la bonne foi des revendeurs. Les services concernés veilleront à ce que les prix indiqués à la vente soient respectés au niveau de tous les points de vente.

Prise d’assaut des points de vente des manuels scolaires
Les points de vente des manuels scolaires relevant de l’Office national des publications scolaires à Alger enregistrent une grande affluence des parents d’élèves préférant les acheter dès maintenant, vu qu’ils sont d’ores et déjà disponibles et aux mêmes prix que l’année passée. En effet, lors d’une tournée à travers des points de vente des manuels scolaires dans la capitale, le responsable du point de vente du boulevard Zighoud-Youcef (Alger-Centre), Mehdi Khellouf, a assuré que «tous les manuels scolaires des trois cycles de l’enseignement (primaire, moyen et secondaire) sont disponibles», ajoutant que  «l’Office national des publications scolaires a mobilisé tous les moyens matériels et humains pour permettre aux parents d’élèves de les acquérir dans le calme». Afin de contribuer à la réussite de la rentrée scolaire 2022-2023, le point de vente de Zighoud-Youcef «est ouvert tous les jours de la semaine sauf le vendredi, et ce, tout au long de l’année», a-t-il souligné. «On enregistre une forte affluence depuis la mi-août.
Cela contribuera certainement à réduire la pression sur l’ONPS par rapport aux précédentes années», a-t-il estimé. Au point de vente de  Larbi Ben Mhidi, Ahmed Bouziane, administrateur à l’office, a affirmé que les prix sont «stables» et n’ont pas changé par rapport à l’année précédente, ce qui a été bien accueilli par les clients, a-t-il dit. Il est à noter qu’il est possible pour les parents d’acheter les livres au niveau des établissements scolaires. En effet, le ministre de l’Education nationale avait affirmé en juillet dernier que son département n’avait pas renoncé à la vente du manuel scolaire au sein des établissements éducatifs, indiquant que «les autres structures et foires dédiées aux livres scolaires viennent soutenir l’opération de vente et non la remplacer».
Et d’ajouter qu’en prévision de la prochaine rentrée scolaire, 34 points de vente permanents seront ouverts au niveau national, avec au moins un point de vente au niveau de chaque commune, en plus des foires organisées à travers les wilayas et
1 478 bibliothèques privées destinées à cet effet.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img