25.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Attaque à Paris: Embrigadement

L’attaque à l’arme blanche à Paris vendredi dernier à ravivé les blessures des attentats de 2015 de Charlie Hebdo et du Bataclan et replonge les Parisiens dans la peur alors même que la crise sanitaire dû à la pandémie de Covid-19 est plus présente que jamais et ne cesse ses dernières semaines de s’intensifier en France. Après l’agression de vendredi, le coordinateur national du renseignement, Laurent Nuñez, a expliqué qu’il n’y avait pas eu « de menaces réelles caractérisées » sur la rue Nicolas-Appert puisque Charlie Hebdo n’était plus dans cette rue « depuis plusieurs années ». Le coordinateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, a voulu balayer les critiques, rappelant que le renseignement n’avait pas arrêté « de resserrer les mailles du filet depuis 2017 ». L’ancien secrétaire d’État au ministre de l’Intérieur a toutefois indiqué que le contexte avait changé ces dernières années, rendant la traque des terroristes de plus en plus difficile. « De plus en plus, nous avons affaire à des individus qui sont (déjà) présents sur nos territoires, qui passent à l’action inspirée par la propagande de Daech mais qui ne sont pas connus par nos services et qui ne font donc pas l’objet de suivi préalable », a souligné Laurent Nuñez. Ces individus n’ont parfois « aucun contact avec la zone syro-irakienne, et ne sont pas détectés à ce titre ». Pour revenir à l’attaque de Paris, le coordinateur national a expliqué que « la menace » terroriste était « montée en intensité » ces dernières semaines, notamment avec l’ouverture du procès des attentats contre Charlie Hebdo. Ce climat de tension « a conduit les services de renseignement à resserrer la surveillance des objectifs, c’est-à-dire des individus connus et suivis par les services » mais aussi « à assurer un dispositif lourd de protection de personnalités » ou de « lieux symboliques ». Laurent Nuñez a toutefois assuré que les services de renseignement n’avaient « pas connaissance de menaces réelles caractérisées » sur la rue Nicolas-Appert où a eu lieu l’attaque. « Depuis plusieurs années, Charlie Hebdo n’était plus dans cette rue », a rappelé le coordonnateur national du renseignement. « La vigilance est de mise, la vigilance ne faiblit pas, elle n’a jamais faibli, elle ne faiblira jamais contre le terrorisme », a enfin martelé Laurent Nuñez. Cet attentat a par ailleurs lieux une semaine tout juste avant le grand discours d’Emmanuel Macron sur le « séparatisme » qui doit indiquer les contours d’une nouvelle loi sur la laïcité et qui aujourd’hui après cette énième attaque est attendu plus que jamais par les Français qui espèrent que le président français arrivera à fournir de vraies solutions crédibles et efficaces pour lutter contre l’embrigadement islamiste.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img