4 C
Alger
mercredi 20 janvier 2021

Assistante

Lors de la fin de la campagne présidentielle de 2017, largement entachée par les révélations sur le candidat de la droite, François Fillon, et ses affaires de détournements de fonds publics, du côté des Républicains l’on avait décidé de serrer les rangs et de soutenir, même si assez timidement, le candidat choisi par les électeurs de droite lors d’une primaire organisée fin 2016. Nicolas Sarkozy, qui venait d’être sèchement vaincu par Fillon lors cette primaire, avait choisi de ne pas intervenir sur cette affaire et de laisser la justice faire son travail, même si son ancien Premier ministre n’avait, lui, pas hésité à le critiquer durant la campagne d’investiture sur les enquêtes judiciaires qui pesaient sur lui. Or, aujourd’hui, l’on apprend dans la presse, que l’ex-président semble avoir usé il y a une vingtaine d’années des mêmes ficelles que Fillon. En effet, selon «Le Canard Enchaîné» paru hier, Cécilia Attias, ex-épouse de Nicolas Sarkozy, aurait été rémunérée entre 2002 et 2003 en tant que collaboratrice de députée pendant neuf mois. Selon les révélations du journal, elle aurait officié comme assistante parlementaire de la députée des Hauts-de-Seine, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, suppléante de Nicolas Sarkozy, devenu ministre de l’Intérieur. Interrogée par le journal satirique, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, récemment mise en examen dans l’affaire dite «des lingots d’or», a déclaré : «Vous remontez loin ! Je n’ai rien à vous dire !» «Le Canard Enchaîné» explique que pour 75,84 heures de travail par mois, Cécilia Sarkozy aurait touché 3 088 euros net. Selon l’hebdomadaire, «pas un article, pas le moindre reportage, pas un seul des multiples ouvrages consacrés à l’ex-première dame ne mentionne son boulot d’attachée parlementaire auprès de la députée de Puteaux». À l’époque, comme l’affirme le journal, Cécilia Attias jouait le rôle de conseillère au ministère de l’Intérieur. Elle disposait d’un bureau place Beauvau, même si elle affirmait auprès de l’émission Envoyé spécial travailler «de façon bénévole». Contacté par «Le Canard», Cécilia Attias n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Le cabinet de Nicolas Sarkozy a reconnu auprès de RTL l’existence de ce contrat. Il aurait permis à Cécilia Attias d’«assurer un suivi des dossiers de la circonscription», une mission dans laquelle elle était «très impliquée». Selon le journal satirique, elle ne disposait pas d’un bureau à la «mairie de Neuilly-sur-Seine», mentionné comme son lieu de travail sur son contrat. Les faits concernant l’ex-épouse de Nicolas Sarkozy sont prescrits et ne devraient pas déclencher d’enquête. Reste que cette affaire, bien qu’incomparable en proportions à celle de François Fillon, est une nouvelle tache sur la carrière de Nicolas Sarkozy, alors qu’il est encore au cœur de nombreuses affaires judiciaires qui l’empêchent d’envisager un possible retour sur la scène politique, dans un avenir proche tout du moins.

Article récent

--Pub--

Articles de la catégorie

- Advertisement -