10.9 C
Alger
samedi 26 novembre 2022

Assemblée dissoute, détenus du hirak graciés et remaniement ministériel: Importantes décisions du Président Tebboune

Le Président Tebboune a choisi ce jeudi 18 février, coïncidant avec la journée nationale du Chahid, pour annoncer de très importantes décisions politiques, allant toutes dans le sens de son programme et dans le sillage de ses engagements.

Par Aomar Fekrache

Le Président a innové d’abord dans la forme, en parlant «directement» au peuple algérien, le discours n’étant pas écrit, ce qui est original dans un message à la Nation, même si l’on sait qu’en ce cas l’improvisation ne saurait être synonyme d’impréparation. L’innovation réside également dans la teneur des mesures annoncées, à savoir la dissolution de l’Assemblée populaire nationale, la grâce pour des dizaines de détenus du hirak, ainsi que le remaniement imminent au sein du gouvernement. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé, jeudi soir, dans un discours à la nation, la dissolution de l’APN et l’organisation d’élections législatives anticipées. «J’ai décidé de dissoudre l’APN dans sa composante actuelle. Nous allons passer, de suite, à des élections où l’argent, sale ou pas, n’aura point de place. Des élections qui ouvriront leurs portes aux jeunes, pour que cette catégorie ait son poids politique», a-t-il déclaré, ajoutant que «l’Etat œuvrera à aider ces jeunes, notamment pour mener leurs campagnes électorales dont nous prendrons en charge une grande partie». Ainsi, «nous aurons opéré un changement en injectant du sang neuf dans les organes de l’Etat et le Parlement qui sera le porte-voix du peuple». Tebboune a réaffirmé que «le Parlement sera élu et le contrôle sera assuré par l’Instance indépendante dans les prérogatives de laquelle ne s’immisceront ni les présidents des APC ni les walis (…), ni même le président de la République, et nous ferons en sorte que nos institutions ne suscitent aucune suspicion».
Autre décision de taille, le Président a annoncé un remaniement ministériel qui touchera dans les prochaines 48 heures certains secteurs ayant enregistré «des lacunes». Dans son allocution, il a indiqué avoir «pris connaissance des critiques dûment faites par les citoyens», concernant les performances de «certains secteurs ministériels», et annoncé qu’«un remaniement ministériel sera opéré et annoncé dans les prochaines 48 heures». Ce remaniement touchera «les secteurs ayant enregistré, à notre sens et du point de vue des citoyens, des lacunes en termes de règlement des problèmes», a-t-il expliqué.
Par ailleurs, le Président Tebboune a prononcé une grâce présidentielle en faveur d’une trentaine de détenus dont le jugement a déjà été rendu par la justice, en sus d’une soixantaine d’autres dont le jugement n’a pas encore été prononcé. Ces personnes ont été interpellées lors des manifestations du hirak, a précisé le Président Tebboune, dans un discours adressé à la Nation, signalant que cette grâce intervient à la veille du 2e anniversaire du hirak populaire, déclenché le 22 février 2019. Les concernés par cette grâce présidentielle rejoindront leurs domiciles respectifs «dès cette nuit ou demain, vendredi», a-t-il affirmé.
Aussi, le chef de l’Etat a réitéré son engagement concernant le rôle de la société civile. «Nous avons introduit dans la nouvelle Constitution toutes les revendications du hirak populaire béni en matière de libertés individuelles et collectives, et donné la parole à la société civile pour qu’elle soit efficace», a-t-il déclaré. «Nous continuerons dans ce sens pour faire entendre la voix de la société civile de manière à ce qu’elle devienne une partie de l’Etat», a-t-il affirmé, rappelant, dans ce contexte, que la société civile était «marginalisée lors des années précédentes et appelée à faire preuve d’allégeance uniquement». Sur un autre plan, le Président a affirmé que le vaccin russe anti-covid «Sputnik V» sera fabriqué en Algérie dans 6 à 7 mois. Comme il a indiqué que la politique extérieure de l’Algérie demeurait «constante» concernant le règlement des conflits par des voies pacifiques et le dialogue, notamment ceux prévalant en Afrique, soulignant que le conflit au Sahara occidental était une question de décolonisation qui doit être réglée à travers l’organisation d’un référendum d’autodétermination. En attendant les réactions partisanes, ces mesures présidentielles ont été bien accueillies par la population, notamment par la frange juvénile qui a bien apprécié la mesure de grâce comme marque d’apaisement à la veille du deuxième anniversaire du 22 février, date de déclenchement du hirak populaire. Les deux autres décisions étaient également attendues pour donner corps au changement. Il s’agit, d’une part, de la dissolution de l’APN, perçue comme un signal fort dans le sillage de la nouvelle Constitution pour enterrer un des îlots de l’ancien système et, d’autre part, du remaniement, pressenti depuis la phrase présidentielle, à la veille de son dernier départ pour des soins en Allemagne, «un gouvernement sur lequel il y a à dire et à redire» (houkouma fiha oua 3aliha)…
A. F.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img