16.9 C
Alger
jeudi 23 mai 2024

Assassinat de trois citoyens algériens par les forces d’occupation marocaines: D’abord, la riposte diplomatique…

Suite au lâche assassinat de trois ressortissants algériens par les forces d’occupation marocaines en territoire sahraoui libéré, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a adressé des messages à plusieurs organisations internationales. Ces messages ont été adressés au SG de l’ONU, Antonio Guterres, au Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, au SG de la Ligue des Etats arabes, Ahmed Aboul Gheit, et au SG de l’Organisation de la coopération islamique, Youssef Ben Ahmed Al-Othaimeen. Lamamra, dans ces correspondances officielles, a informé les responsables des organisations internationales de « la gravité extrême de l’acte de terrorisme d’Etat en question qu’aucune circonstance ne saurait justifier ». Il a souligné que « l’emploi par l’Etat occupant d’un armement sophistiqué meurtrier pour entraver la libre circulation de véhicules commerciaux dans un espace territorial sur lequel il n’a aucun droit, constitue un acte de fuite en avant porteur de risques imminents pour la sécurité et la stabilité au Sahara Occidental et dans toute la région ». Le chef de la diplomatie algérienne a souligné, dans ce cadre, « la volonté et la capacité de l’Algérie d’assumer ses responsabilités en matière de protection de ses ressortissants et de leurs biens en toutes circonstances ». Aussi, des Ambassadeurs accrédités auprès de l’Algérie ont été reçus au ministère des Affaires étrangères.

De son côté, l’ancien ministre et diplomate, Abdelaziz Rahabi, a indiqué jeudi que « la gravité de la situation donne à la réaction de l’Algérie toute sa légitimité », tout comme elle justifie les mesures adaptées qu’elle sera amenée à prendre, après l’assassinat de trois citoyens algériens par les forces d’occupation marocaines sur l’axe Nouakchott-Ouargla. Cette agression « est une provocation qui relève d’une volonté délibérée de passer de la stratégie de la tension diplomatique permanente, qui a montré ses limites, à celle du choix de l’option (de) la pleine militarisation de la question du Sahara occidental », peut-on lire dans une publication Facebook de M. Rahabi. L’ancien ministre de la Communication a ajouté, dans ce même post, que « le Maroc fait le choix de l’escalade au moment où la communauté internationale appelle à l’exercice du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui et porte ainsi l’entière responsabilité de son acte et de ses conséquences sur la paix et la stabilité de la région ». Aussi, suite à cette agression terroriste lâche sur l’axe Nouakchott-Ouargla, qui a fait trois victimes parmi les ressortissants algériens, de nombreuses instances, organisations et associations ont exprimé leur indignation. Le groupe parlementaire des députés sans appartenance a dénoncé énergiquement cette agression criminelle, affichant sa position constante aux côtés des institutions de la République pour la prise de décisions idoines et la riposte ferme à ce crime lâche. Le Groupe parlementaire du FLN à l’APN a fustigé cet acte hostile qui n’est autre qu' »une réponse lâche aux positions souveraines que prend l’Algérie en toute liberté et responsabilité ». Le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) a dénoncé « cet acte criminel lâche, à travers lequel le Royaume du Maroc souhaite attiser les tensions ». Appelant le peuple algérien à « se mobiliser autour des autorités et de l’armée nationale contre quiconque oserait songer à l’effusion du sang des Algériens ». De son côté, le Califat général de la Tariqa Tidjania à Ain-Madhi (wilaya de Laghouat) a exprimé, sa profonde affliction et douleur devant ce lâche assassinat au moment où le pays célébrait l’anniversaire de la Révolution du 1er novembre 1954’’. De son côté, l’Amenokal de l’Ahaggar, Hadj Ahmed Idaber, a exprimé sa ferme condamnation de l’agression terroriste perpétrée par les forces d’occupation marocaine. Par ailleurs, la Commission sahraouie des droits de l’Homme a dénoncé, vendredi, l’agression terroriste « lâche » perpétrée par les forces de l’occupation marocaines sur l’axe Nouakchott-Ouargla ayant coûté la vie à 3 ressortissants algériens, qualifiant cet acte grave de « crime odieux » qui exige l’ouverture d’une enquête indépendante.

Aomar Fekrache      

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img