19.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

Assassinat de Djamel Bensmail: Un mandat d’arrêt international contre Ferhat Mhenni

Les investigations sur l’assassinat de Djamel Bensmail à Larbaa Nath Irathen, Tizi Ouzou, ont confirmé que le MAK est le premier mis en cause dans cette affaire, a affirmé le procureur général près la cour d’Alger, qui a annoncé le lancement d’un mandat d’arrêt international contre son président Ferhat Mhenni, en état de fuite.

Par Louisa Ait Ramdane

Selon le procureur général près la cour d’Alger, Sid Ahmed Mourad, les investigations ont permis de conclure qu’il s’agit d’un crime prémédité et planifié par le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), classé organisation terroriste par l’Etat algérien, et ce, dans le but de créer un climat de terreur et d’instabilité. Les investigations ont également établi l’existence de plusieurs contacts et opérations de versement d’argent.
Le procureur général a, par ailleurs, indiqué que 29 individus étaient actuellement en fuite avec l’émission de mandats d’arrêt internationaux contre certains d’entre eux, souhaitant que les pays où se trouvent ces individus coopèrent pour «les extrader dans les plus brefs délais, compte tenu de la gravité des faits établis et confirmés». Sur les 88 personnes arrêtées dans cette affaire, 83 suspects ont été placés en détention provisoire. Parmi eux un mineur, trois femmes et vingt-quatre membres du mouvement terroriste «MAK», précisant que quatre d’entre eux ont été placés sous contrôle judiciaire.
Les investigations se poursuivent par la Section de lutte contre le terrorisme et le crime organisé près le tribunal de Sidi M’hamed à Alger, à travers l’exploitation de tous les appareils «cryptés et mécanismes de coopération judiciaire internationale», après que l’implication d’éléments résidant à l’étranger a été établie. Rappelant que «les feux de forêt, objet d’enquêtes judiciaires approfondies, qui se sont déclarés dans plusieurs wilayas du pays étaient prémédités», il a précisé qu’«un autre crime tout aussi prémédité a été commis contre Djamel Bensmail, ébranlant la quiétude publique».
Djamel Bensmail était «un citoyen parmi tant d’autres venus de plusieurs wilayas pour aider à éteindre les flammes à Tizi Ouzou. Il a été agressé après avoir été accusé à tort de pyromanie», a-t-il ajouté, précisant que «les services de sécurité sont intervenus à temps, mais ne pouvaient le protéger des criminels en furie qui l’ont arraché des mains des policiers, en usant de violence et de force, puis l’ont lynché et tué de la manière la plus barbare qui soit, et sont allés jusqu’à filmer leur forfait».
«Les policiers ont utilisé la force et tous les moyens dont ils disposaient pour protéger la victime, et certains (policiers) ont même été blessés», a expliqué le procureur général. Il a indiqué également que «les personnes impliquées dans ce crime, placées sous mandat de dépôt, seront traitées comme les autres détenus», rappelant que beaucoup d’entre eux «ont été présentés devant le procureur de la République en présence de leurs avocats».
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img