8 C
Alger
vendredi 4 décembre 2020

Assainissement du secteur de l’information et organisation de la publicité publique: Ammar Belhimer «Consacrer le principe de transparence dans la gestion»

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a indiqué que la démarche d’assainissement du secteur de l’information et d’organisation de la publicité publique s’inscrit dans le cadre de la politique gouvernementale de mise en œuvre du principe de transparence dans la gestion.

Par Meriem Benchaouia

Le ministre a affirmé, dans un entretien accordé au journal «El-Wassat», quecette démarche engagée par le gouvernement «n’est pas l’apanage d’un responsable gouvernemental ou d’un poste en particulier, mais l’affaire de tous les responsables qui s’emploieront à réaliser cette vision», soulignant la détermination du gouvernement à «opérer la rupture avec les anciennes pratiques». Abordant la publicité, il a rappelé que celle-ci était un moyen d’assurer la continuité des médias et de «les mettre à l’abri des financements douteux». Quant aux différents aspects de l’exercice de la profession de journaliste, il a fait savoir que son département s’attelait à «la mise en place de mécanismes permettant aux journalistes de superviser la profession» à travers les conseils qui seront installés à cet effet, dont le Conseil de régulation de la presse écrite et du secteur audiovisuel. Tous ces efforts, a-t-il dit, visent à créer les conditions nécessaires à «l’exercice d’un journalisme professionnel, objectif et constructif, à même de répondre aux attentes des citoyens». Evoquant les principaux amendements liés au secteur de l’information, prévus dans le projet d’amendement constitutionnel, soumis à référendum le 1er novembre prochain, le ministre a soutenu que les médias étaient un «partenaire essentiel» pour toutes les institutions de l’Etat et que leur rôle était «central» dans l’accompagnement des événements nationaux, en tête desquels figure le projet d’amendement de la Constitution. Pour ce qui est de ce dernier, le porte-parole du gouvernement a rappelé que le texte comportait plusieurs articles qui «renforcent la liberté d’expression en Algérie et confirment la dépénalisation du délit de presse», et ce, en sus d’autres dispositions «de nature à accroître la performance des journalistes», qui peuvent, partant, «fournir un service médiatique de qualité». Plus précis, le ministre a abordé une des plus importantes dispositions apportées en la matière, à savoir «la garantie de la liberté de la presse, de la liberté d’expression de l’audiovisuel et de la presse écrite, qui ne sera plus soumise à une quelconque forme de contrôle». Le texte, poursuit le ministre, est «au diapason de l’évolution, en ce sens qu’il a inclus le projet de la presse électronique qui exerçait en dehors de la loi, en lui accordant une large liberté, dans le cadre de la responsabilité en vigueur au plan international». Il s’agit par cette responsabilité de «ne pas porter atteinte à la vie privée des individus, des injures, d’insultes et de calomnies, ne pas porter atteinte à l’ordre public, à la confidentialité des correspondances, au droit à l’image et de proscrire le discours de haine, de racisme et d’appel à l’extrémisme», a ajouté le ministre. Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement a passé en revue les différents préparatifs engagés par l’Exécutif concernant la rentrée sociale qui intervient, cette année, dans une conjoncture sanitaire difficile liée à la propagation de la pandémie Covid-19. A ce propos, il a rappelé que l’Algérie, à l’instar d’autres pays, suit l’évolution de la situation sanitaire, par la prise d’un éventail de mesures et de mécanismes à différents niveaux, à l’effet de suivre l’évolution épidémiologique et d’y faire face dans l’objectif de freiner sa propagation, tout en adoptant les protocoles conçus par les spécialistes, notamment le Comité scientifique. Relevant que ces protocoles avaient été mis en place en fonction de la situation de chaque secteur (Education, Formation professionnelle, Enseignement supérieur, Affaires religieuses, etc.), il a tenu à rappeler que l’Algérie avait pris, dans certains cas, «des mesures anticipatives ayant permis de juguler la propagation du virus». Cette stratégie a permis l’organisation des examens de fin d’année, l’achèvement des examens à l’université et l’organisation du transportpublic, a ajouté M. Belhimer qui souligne que toutes les mesures prises dans ce cadre ont mis l’Algérie à l’abri d’une 2e vague de l’épidémie, qui sévit actuellement dans certains pays européens. A la question savoir si le gouvernement comptait prendre davantage de mesures pour alléger le confinement et ouvrir davantage d’activités de service encore fermées, il a assuré que «la priorité demeure accordée à la santé du citoyen et que ces décisions relèvent des prérogatives de la Commission scientifique habilitée à donner les orientations dans ce sens», ajoutant que l’ouverture ou non restait tributaire de la situation sanitaire.

M. B.

Article récent

Foot/ Italie- transfert: Slimani dans le viseur de la Salernitana (Série B)

L'attaquant international algérien de Leicester City (Premier league anglaise) Islam Slimani, en manque de temps de jeu, est convoité par le pensionnaire de...
--Pub--

Articles de la catégorie

Messaoud Belambri, président du Syndicat des pharmaciens sonne l’alerte: «Médicaments : nous n’avons jamais atteint ce degré de pénurie»

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, pénuries et tensions dans l'approvisionnement de médicaments se font ressentir de plus en plus. Plus de...

843 nouveaux cas et 16 décès ces dernières 24H/Virus: reflux des contaminations, mais vigilance…

Le nombre des contaminations au coronavirus présente un recul palpable dans notre pays, grâce à la conjugaison de la conscience citoyenne et de la...

Opération “bouteilles contre flexy” à Oran: Plus de 11.000 bouteilles récoltées en 10 jours

L’opération "bouteilles contre flexy", qui consiste à offrir du crédit téléphonique aux citoyens qui ramènent des bouteilles en PET (plastique transparent), lancée par l’entreprise...

Réassurance: La CCR augmente son capital à 25 milliards DA

La Compagnie centrale de réassurance (CCR) vient d'augmenter son capital social, le portant de 22 milliards de DA (170,54 millions USD) à 25...
- Advertisement -