21.9 C
Alger
mercredi 5 octobre 2022

ARTS: De Dakar à Genève,les femmes s’emparent du street art

Face à la fermeture des lieux culturels, le Festival du film et forum international sur les droits humains s’est emparé la semaine dernière des rues de Genève. Bien qu’organisé en ligne, Covid-19 oblige, le FIFDH 2021 avait invité la graffeuse sénégalaise Zeinixx et deux artistes suisses à réaliser une fresque géante sur un mur, dans le cadre de la Semaine de l’égalité.
Zeinixx vient tout droit de Dakar, elle se présente :
«Ok, moi c’est Zeinixx LFDM, première femme à faire du graffiti au Sénégal. C’est un honneur pour moi d’être ici à Genève, et de représenter la Hip Hop Girl Scene».
L’idée est simple : faire vivre les luttes féministes dans l’espace public. «Les femmes sont visibles dans l’espace public, ce n’est pas l’affirmer, c’est le confirmer. Avec cette fresque gigantesque derrière nous, je pense que cela a été bien confirmé, puisqu’il y a eu trois femmes sur ce mur pendant une dizaine de jours».
Le Street Art est un milieu où les femmes sont loin d’être majoritaires. Mais Europe ou Afrique, les combats féministes sont les mêmes, à divers degrés, voilà le message que voulaient faire passer les graffeuses sénégalaise et suisse Amikal et Nadia Seika : «Oui, c’est pour dire que les femmes sont belles et bien là. Malheureusement, c’est encore une cause pour laquelle on est obligé de revendiquer aujourd’hui, car on est bien loin de l’égalité». Et pour la 19e édition du festival, la deuxième en période de pandémie, il était important d’être physiquement présent, même si les organisateurs ont su investir de nouveaux canaux numériques, vidéo et audio, comme l’a expliqué Boris Mabillard, responsable des débats FIFDH 2021.
Sandrine Delorme

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img