18.9 C
Alger
mardi 26 octobre 2021

Articles scolaires : Pas de promotion ni de «bonnes affaires» cette année

Les parents d’élèves qui attendaient la veille de la rentrée pour acheter à des prix abordables les articles scolaires vont devoir casser leur tirelire cette année. En effet, fini le temps des promotions, des bonnes affaires et de «el youm machi koulyoum». Les fournitures scolaires coûtent entre 7 000 et 9 000 DA par enfant.

Par Thinhinene Khouchi

Contrairement aux années précédentes, les commerçants d’articles scolaires n’ont pas décidé de baisser les prix. D’habitude, à quelques jours de la rentrée des classes, les offres de promotions envahissent les marchés et font la joie des parents. A titre d’exemple, auparavant on faisait des offres de 10 cahiers de 90 pages à 200 DA, cinq cahiers de 190 pages à 250 DA, ou même un cartable rempli de fournitures à 2 000 DA. Cette année, ces offres ont disparu et les parents d’élèves qui attendaient la veille de la rentrée pour faire leurs achats à des prix abordables, vont devoir casser leur tirelire. Hier, lors de notre virée dans la capitale, il a été constaté une hausse allant de 5 à 15 DA sur les articles accessoires (stylo, taille-crayon, gomme, crayon, etc.), de 15 à 30 DA d’augmentation sur les cahiers et de 200 à 500 DA sur les blouses et les cartables. Pour les marques prestigieuses, dont les articles sont importés d’Europe et prisés par les enfants, elles ont, elles aussi, connu une flambée. Ainsi, pour un cartable fourni avec des articles scolaires Maped, les parents devront dépenser pas moins de 15 000 DA. En effet, un cahier de 96 pages est proposé à 180 DA, et 255 DA celui de 192 pages. Quant aux crayons de couleur, la fourchette des prix se situe entre 800 et 3 300 DA, alors que les ardoises sont affichées entre 760 DA pour la classique et 1 200 DA pour la plus ou moins sophistiquée, le taille-crayon est cédé entre 80 et 400 DA. Maped propose également un paquet de dix cahiers de 96 pages à 890 DA et un paquet de dix cahiers de 120 pages à 990 DA. Pour un cartable Maped vide, les prix commencent à 1 600 DA et peuvent aller jusqu’à 9 900 DA. Par ailleurs, au niveau des marchés Clauzel, Meissonnier, Mohamed-Bougherfa (ex-Tnach à Mohamed-Belouizdad) et Bab El Oued, il y a une grande affluence en raison des prix qui y sont pratiqués. Malheureusement, cette année est l’exception car les prix sont vraiment élevés. Pour un tablier il faut compter entre 1 500 et 2 500 DA, les cartables sont proposés entre 1 000 et 7 000 DA, selon la qualité et la provenance. Les trousses coûtent entre 350 et 900 DA, selon la taille et la décoration, et les stylos sont à pas moins de 30 DA. Cette situation est dénoncée par les parents qui ne se retrouvent plus avec toutes les charges. «Je n’arrive plus à faire face aux différentes hausses», nous dira le père de deux enfants, rencontré hier à Bachedjerah. «Mon salaire ne me suffit plus. Il y a d’un côté la hausse des produits alimentaires, le loyer, les charges et s’ajoutent à cela les articles scolaires». Enfin, certains parents ont décidé d’attendre la rentrée des classes et la «fameuse liste de fournitures scolaires» pour faire leurs achats. C’est le cas de Mahfoud, père de trois enfants, dont deux scolarisés. «Par le passé, j’achetais toujours avant la rentrée scolaire, mais je me retrouvais avec des cahiers dont mes enfants n’avaient pas besoin et d’autres qui manquaient. Cette année, vu les prix élevés, j’ai décidé d’attendre la liste des enseignants pour faire mes achats». Concernant les livres, ce dernier nous a déclaré que «pour minimiser mes dépenses, je fais un échange ou je récupère les livres des enfants de mes amis».

T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img