25.9 C
Alger
vendredi 19 août 2022

APW MOSTAGANEM : L’ultime session a porté sur les préoccupations citoyennes

Ce dimanche 3 octobre, l’hémicycle de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW) a abrité sa 3e session ordinaire 2021 consacrée à l’examen et l’approbation du budget primitif (BP 2022) et à l’état des préparatifs de la rentrée sociale, en présence du secrétaire général de la wilaya, des élus des deux chambres et des directeurs de l’exécutif. Le directeur de l’Administration locale (DAL) a présenté un exposé des comptes du budget caractérisé cette année par une baisse significative des recettes fiscales. Le président de la commission des finances égrènera, pour sa part, les différents chapitres en matière de ressources et de dépenses. Les débats qui s’en suivirent ont porté sur les programmes d’équipements et d’investissements des communes bénéficiaires, de même que sur la destination des subventions allouées aux associations, mais se se sont focalisés essentiellement sur les préoccupations citoyennes, notamment celles qui concernent les douars de certaines localités de Achaacha, Nekmaria, Oued Boughalem, Sidi Ali, Sidi Lakhdar, Ain Tedlès, Oued el Kheir et Saf-saf. L’autre volet a porté sur les retards dans
l’achèvement des travaux de réalisation de logements, ou encore dans certains cas inachevés pour des problèmes de défaillance de certains promoteurs immobiliers, les retards dans l’adduction aux réseaux d’assainissement et de l’eau potable et sur le transport et les cantines scolaires ainsi que l’état des écoles, des routes, de l’éclairage public… pour ne citer que ces exemples. Pour toute réponse à ces interrogations, le rapporteur de la commission des finances de l’APWa déclaré que la régression des recettes fiscales a généré une régression de l’action publique relative aux projets d’investissement. La cause est la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19, d’une part, mais également un problème de foncier et de recouvrement de l’impôt, d’autre part. Ces situations préconisent au passage une séance de travail avec la direction du secteur où seront décortiquées les causes de ce fléchissement des rentrées fiscales. Il signalera, en outre, que 80 % des crédits alloués en matière d’équipements sont orientés vers les communes les moins nanties. Invités à prendre la parole, divers élus ont cité des préoccupations dans la mauvaise gestion de l’eau potable, en l’absence d’installations de compteurs, dans certains coins de la daïra de Bouguirat ou encore le manque de transparence dans la réalisation de logements ruraux, à travers les aides de l’Etat (Fonal). Avant la clôture des travaux, le wali, Aissa Boulahya, a répondu à toutes les questions en connaissance de cause, notamment sur le récurrent problème des statuts de terrains relevant des domaines agricoles et forestiers. Au volet de la santé, désormais tous les établissements disposent de l’oxygène médical à souhait. Lotfi Abdelmadjid

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img