21.9 C
Alger
vendredi 7 octobre 2022

Après l’ouverture de Wall Street: Les Bourses européennes et américaine se reprennent

Plombées jeudi par la résurgence d’inquiétudes diverses sur la pandémie et la reprise économique, les Bourses européennes se ressaisissaient vendredi, un mouvement amplifié par l’ouverture en hausse de Wall Street. Les places du Vieux Continent effaçaient ainsi une partie de leurs pertes de la veille : Paris gagnait 2,01 %, Londres 0,72 %, Francfort 1,24 %, Milan 1,45 % et Madrid 0,85 %. Outre-Atlantique, la Bourse de New York s’éveillait également en meilleure forme : le Dow Jones montait de 0,44 %, le S&P 500 de 0,43 % et le Nasdaq de 0,10 % dans les premiers échanges. Après la baisse de jeudi, «les investisseurs sont de retour aujourd’hui, pour acheter à bas coût», souligne Sophie Griffiths, analyste chez Oanda. En Asie, en revanche, le regain de contaminations liées au Covid-19 a continué de peser sur le moral des investisseurs, notamment à Tokyo (-0,63 %), où le gouvernement a décidé d’instaurer un nouvel état d’urgence face à l’augmentation des infections. Jeudi, les marchés s’étaient affolés après la publication du compte rendu de la dernière réunion de la Banque centrale américaine (Fed), qui fait état de discussions sur un changement de cap de sa politique monétaire. Les déclarations de dirigeants politiques relatives à la propagation du variant Delta ont ajouté encore davantage de doutes dans l’esprit des investisseurs. Vendredi, ces derniers réagissaient «favorablement aux commentaires rassurants de Christine Lagarde après que la BCE a décidé de relever son objectif d’inflation, maintenant ainsi sa politique monétaire extrêmement accommodante», selon Pierre Veyret, analyste pour ActivTrades. Mais les investisseurs, dont le moral est déjà «considérablement alourdi par l’augmentation des cas de virus dus au variant Delta, risquent de rester sur la défensive avant de connaître l’impact de la résurgence de la pandémie sur la croissance», ajoute-t-il. Sur le marché obligataire, après plusieurs jours de repli témoignant d’un appétit des investisseurs pour des actifs moins risqués, les taux des emprunts d’Etat se stabilisaient et le rendement américain à 10 ans remontait même légèrement (1,35 %). Le G20 Finances, réuni à Venise jusqu’à hier, examine de son côté la réforme de la taxation des multinationales.

R. E.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img