13 C
Alger
vendredi 14 mai 2021

Après les fortes hausses de la semaine: Le pétrole en légère baisse

Les prix du pétrole se sont légèrement repliés vendredi, s’ajustant après les fortes hausses des derniers jours, soutenues par des indicateurs économiques encourageants provenant des Etats-Unis et de la Chine.

Par Younès S.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a conclu à 66,77 dollars à Londres, en baisse de 17 cents ou 0,25 %.
A New York, le baril américain de WTI pour le mois de mai a perdu 33 cents ou 0,52 % à 63,13 dollars.
«Les prix s’ajustent après la très solide hausse qu’on a connue, mais on reste à des niveaux élevés dans un contexte d’optimisme économique relatif», a indiqué James Williams, de WTRG Economics. «Ce qui a nourri le bond de presque 3 dollars le baril ces derniers jours, ce sont les prévisions de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) qui pensent que la demande de pétrole sera plus forte que ce qu’ils estimaient à première vue», a ajouté l’expert. Les deux références ont enregistré des gains d’environ 7 % sur la semaine et retrouvent des prix plus vus depuis près d’un mois. La Chine a annoncé vendredi une hausse record de sa croissance économique au premier trimestre (+18,3 % sur un an), le rythme d’expansion le plus rapide depuis le début de publications trimestrielles sur le PIB en Chine en 1992. Aux Etats-Unis, les ventes au détail ont bondi de presque 10 % en mars, les inscriptions hebdomadaires au chômage sont tombées au plus bas depuis le début de la crise sanitaire et la production industrielle est repartie en nette hausse, selon les données publiées jeudi.
Ces données économiques qui laissent présager d’une reprise de la consommation d’or noir sont «presque ‘’trop belles pour être vraies’’», a commenté Eugen Weinberg, analyste de Commerzbank. «Les nouvelles sanctions américaines à l’encontre de la Russie, l’un des plus grands exportateurs de pétrole au monde, devraient également avoir un effet de soutien sur les prix», a-t-il ajouté. «Bien qu’elles ne touchent pas directement le secteur pétrolier, ces mesures pourraient entraîner une hausse des coûts et une incertitude générale dans les échanges avec la Russie», a repris M. Weinberg.
Y. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img