25.9 C
Alger
lundi 27 juin 2022

Après «L’Amant» de Marguerite Duras, «L’Anomalie» : le roman d’Hervé Le Tellier est le deuxième Goncourt le plus vendu

Le succès de «L’Anomalie» ne s’essouffle pas. Comme le rapporte RTL ce lundi, 631 500 exemplaires du roman d’Hervé Le Tellier ont été vendus depuis sa sortie. Il dépasse ainsi les chiffres de ventes des «Bienveillantes» de Jonathan Littell, prix Goncourt 2006 vendus à 618 000 exemplaires. Il devient le deuxième Goncourt le plus vendu après «L’Amant» de Marguerite Duras. L’écrivaine garde néanmoins une large avance avec près d’1.6 millions de ventes depuis 1984, rapporte BFMTV.

Des ventes «fortes» et «soutenues»
«Ce n’était pas évident de pouvoir dépasser ‘’Les Bienveillantes’’, qui avait été en son temps, un énorme succès, a expliqué J-Charles Grunstein, le directeur commercial de Gallimard, à RTL. Les ventes sont beaucoup plus fortes et beaucoup plus soutenues qu’elles ne l’avaient été pour ‘’Les Bienveillantes’’ qui s’est vendu sur un temps sensiblement plus long».
Et la belle histoire ne devrait pas s’arrêter là pour «L’Anomalie». Selon le directeur commercial de Gallimard, le roman d’Hervé Le Tellier devrait se vendre entre 750 000 et
800 000 exemplaires.

Prix Goncourt 2020 : cinq bonnes raisons de lire «L’Anomalie» d’Hervé Le Tellier
Déjà best-seller de la rentrée littéraire, «L’Anomalie» d’Hervé Le Tellier était considéré comme le grand favori, et pas seulement parce qu’édité dans une grande maison d’édition, Gallimard. Aube LaVilaine, lectrice contributrice du groupe de lecture 20 Minutes Livres en recommandait déjà vivement la lecture. Pour au moins cinq raisons :

Parce que son style est unique
Non seulement l’histoire – un nuage qui détourne un avion de son parcours – est incroyable, mais le style du roman, ou plutôt la succession de styles, est unique. C’est un roman facile à lire, amusant, mais en plus ce livre permet de passer du polar à l’intime en bifurquant par le politique, le social, l’anticipation, la science et la philosophie… le tout d’une page à l’autre, sans crier gare, et avec un brio certain.

Parce que c’est un roman qui fait du bien
«Ce roman n’est pas très académique avec ses références geeks/nerds et ses spéculations sur l’avenir qui le rendent parfois inquiétant, mais c’est un roman jouissif, le livre dont on a besoin maintenant», insiste Aube LaVilaine qui s’est délectée de sa lecture, comme elle l’aurait fait avec «un paquet de friandises où chaque chapitre a un goût inattendu. Ce roman, je ne suis pas la seule à l’avoir aimé», souligne-t-elle en citant quelques posts Instagram, dont celui d’Antoine De Caunes…

Parce qu’il est peuplé de personnages singuliers
«L’Anomalie» raconte l’histoire d’un monde qui bascule. Un monde qui nous fait rencontrer, pêle-mêle, «un écrivain en mal d’amour et de reconnaissance, un pilote d’avion, un tueur à gage méticuleux, une monteuse de cinéma, une grenouille et une fillette, un chanteur nigérian, un probabiliste et une topologiste, des agents secrets», cite notre contributrice…

Parce que le voyage est dépaysant
«Impossible de trouver un autre vol Paris-New York à ce prix-là, dans ces conditions», note Aube LaVilaine. Des conditions périlleuses, qu’on soit sur la terre comme au ciel, dans un hangar, sur un écran de surveillance, sur le sol américain et de l’autre côté de l’Atlantique, en Chine, au Niger… «mais ce n’est peut-être pas l’endroit qui importe», s’amuse Aube. Racim C.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img